Sont les fleuves

Publié le par Fred Pougeard

Sont les fleuves

Nous sommes le temps. Nous sommes
la parabole fameuse d'Héraclite l'Obscur.
Nous sommes l'eau, et non le dur diamant,
l'eau qui se perd, non celle qui repose.
Nous sommes le fleuve et nous sommes ce Grec
qui se voit dans le fleuve. Son reflet
change dans l'eau de ce miroir changeant,
dans le cristal, pareil au feu, qui bouge.
Nous sommes l'inutile flot, déjà fixé,
en marche vers sa mer. L'ombre l'enserre.
Tout nous dit son adieu, tout s'éloigne.
La mémoire ne frappe plus sa monnaie.
Mais il y a cependant quelque chose qui dure,
mais il y a cependant quelque chose qui pleure.

Jorge Luis Borges, Los conjurados (Les conjurés) Traduit de l'espagnol (Argentine) par Claude Esteban. Emecé editores, Buenos Aires 1988. Editions Gallimard 1988