Crépuscule

Publié le par Fred Pougeard

 

J'attends. je m'enfonce dans la chambre.
Des lions repus se réunissent, incandescents,
Dans les coins, dorment et pâlissent. Pour qui
S'y intéresse, tanné, j'attends.
 
Le temps coule par la fenêtre ; le jour
Répand sur le plancher son dernier
Sang clair. Pliée (grande, diaphane, grise),
Une mite est assise dans la lumière d'ouest.
 
Est assise sur mon coeur, qui, obscurci, ne verse
Point de miel par sa chair perforée
Mais nourrit mes mains et nourrit mes lèvres.
La Lune, la Lune, est à la porte !
 
*
I wait. I deepen in the room.
Fed lions, glowing, congregate
In corners, sleep and fade. For whom
It may concern I, tawny, wait.
 
Time flowing through the window ; day
Spilling on the board its bright
Last blood. Folding (big, gauzy, grey),
A moth sits on the western light.
 
Sits on my heart that, darkened, drips
No honey from its punctured core,
Yet feeds my hands and feeds my lips.
The Moon, the Moon is at the door !
 
Stanley Kunitz, dans Trente-cinq jeunes poètes américains, traduction, préface et choix par Alain Bosquet, Editions Gallimard 1960