Histoire/Historia

Publié le par Fred Pougeard

Nous montions en courant le long escalier.
Nous regardions à peine les possibles
détails sur les côtés,
surprises d'une fenêtre
ouverte au monde par-delà les vitres,
reflets, sédiments
du grimpeur précédent.
Nous traversions rapidement
la pause inutile du palier,
roses abandonnées pas même naturelles,
les rafales du ciel
toujours aveugle,
indélébile à sa manière.
Nous montions, montions
par l'identique
avec de moins en moins de lumière,
vers un puits plus profond.
 
*
 
Subíamos corriendo la larga escalera.
Apenas si mirábamos posibles
detalles laterales
sorpresas de una ventana
abierta al mundo tras los vidrios,
reflejos, sedimentos
del que subiria antes.
Velozmente cruzamos
la inútil pausa del rellano,
abandonadas rosas menos que naturales,
los ramalazos del siempre
ciego cielo
a su modo indeleble.
Subíamos, subíamos
por lo idéntico
sólo que hacia cada vez menos luz,
hacia pozo más hondo.
 
Ida VitaleJardín de sílice (Jardin de silice) (1980) dans Ni plus, ni moins, traduit de l'espagnol (Uruguay) par Sylvia Baron Supervielle. Editions du Seuil 2016