Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En nous longuement...

Publié le par Fred Pougeard

En nous longuement résonnent les mots,
légers, parce que des pans filés d'amours
moribondes, aux yeux détournés, dévoilent
d'intenses souvenirs en partage
et cela semble assez pour se convaincre
que nous ne sommes pas devenus seuls désormais
 
Mais c'est à peine plus que lorsque nous sommes allongés
dans des prés de banlieue ou de campagne,
la bave acerbe suçant le brin d'herbe
serré entre les dents, lorsque nous scrutons
la profondeur des cieux, dans l'illusion
d'exister, d'être nous-même la terre,
de demeurer une part de l'immense,
à présent que nous allons, l'un de l'autre détaché
 
Savoir que ce ciel appartient à chacun,
cela seul redonne courage ; parce que nous, qui sommes
de ce côté, ce sont toutes mêmes couleurs azuréennes
que nous voyons, semblable odeur de terre mouillée
que nous sentons, chauffée de soleil et de l'âcre sueur
des miasmes de notre chair.
Que pareils souffles de brise nous effleurent,
que pareils vents impétueux nous ébranlent
qui, dans leur course des longs espaces au-dessus de nous,
les nouent en panache dans leur souffle,
comme un bien commun, sombres (demeurent)
nos âmes, jusqu'à ce qu'il y ait, confiante,
au moins une humaine conscience pour scruter
l'infini de ce firmament silencieux.
 
Achille Chiapetti, extrait de L'inafferabile presente (Le présent hors d'atteinte) Traduction © Valérie Brantôme, 2016
 
Merci à Valérie Brantôme pour cette traduction publiée sur son https://enjambeesfauves.wordpress.com
Photo  Fred Pougeard, Vers Charleville, 14 sept 2017 à 13h

Partager cet article

Repost0

Palm/Paume

Publié le par Fred Pougeard

Je vois que tu mèneras une vie ordinaire, peut-être
auras-tu des enfants, peut-être épouseras-tu
un homme gentil mais in-
signifiant.   Un 
modeste voyage t'attend
(Chutes du Niagara ?    Parc de Yellowstone ?)
    Entreprends-
le.    Prends
les décisions que tu dois prendre :   peins
la salle de bains du haut en bleu, va vivre
dans le Wisconsin.   Peu importe.
mais là, là dans ce pli, ce pli
comme une cicatrice près du pouce - là
je vois encore autre chose.
Les rideaux de cette pièce seront rouges
et déchirés.    Ferme-les. Laisse-le
te conduire lentement vers le lit.   Non
diras-tu, il fait jour
et mon modeste mari me fait confiance.
Fais-moi confiance -c'est
ton moment -celui
dont tu te souviendras (le souffle brûlant
de la brise d'août, le soleil
blanc dans le ciel, la goutte de sueur
sur son cou : elle aura un goût salé sur ta langue).
C'est ce moment que tu portes 
et porteras toute ta vie
même s'il entaille un peu ton pouce
comme un unique éclat de verre qui scintille
dans une carrière d'ardoise.   Un jour
tu mourras, bien sûr, lentement
ni jeune, ni vieille.   Et avant que tu ne sombres dans 
    l'oubli
les voisins parleront de toi avec affection.
D'ici là   referme bien ton poing
sur ce secret.     Meurs
en emportant ce secret mais sans regrets.    Souviens-
   toi
qu'ainsi survivent les faibles, qu'ainsi
les faibles ont toujours survécu.
 
*
 
I see you will live an ordinary life, perhaps
have children, perhaps marry
a kind but un-
remarkable man.   There
is a simple journey that waits for you
(Niagara Falls ?   Yellowstone Park ?)   Go
on it.    Make
the decisions you have to make : paint
the upstairs bathroom blue, move
to Wisconsin.   It doesn't matter.
But here, here in this crease, this crease
like a scar at your thumb - here
I see something more.
The drapes in this room will be red
and torn.    Close them.   Let him
show you slowly to the bed.    No
you'll say, it's daylight
and my simple husband trusts me.
Trust me - this
is your moment -the one
you'll remember (the hot breath
of the August breeze, the sun
white in the sky, the trickle of sweat
on his neck : it will turn to salt on your tongue).
This one you've held
and will hold all your life
though it cuts a bit at your thumb
like a single sliver of glass that glints
from a quarry of slate.    You
will die someday, of course, slowly
not young, not old.   And before you're forgotten
the neighbors will speak of you fondly.
Now    close your hand tight
on this secret.    Die
with this secret but no regrets.    Remember
this is haw the small survive, the way
the small have always survived.
 
 
Laura Kasischke, Wild Brides (1992), Mariées Rebelles, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Céline Leroy. Préface de Marie Desplechins. Editions Pages à Pages 2016 
 
 
 

Partager cet article

Repost0

Samedi et son potentiel festonné

Publié le par Fred Pougeard

Les visages au contraire de la météo
ne reviennent jamais
peu importe à quel point
ils ressemblent à la pluie
 
Dans ce théâtre, le temps
n'est pas cruel, juste différent
 
Ça vous aide ?
 
Quand le trop large couloir aérien
se calme
les humains s'apaisent
 
Quand la notion de mythe
ou n'importe quoi de collectif
est défaite par les carillons éoliens
par un doux tintinnabule
 
Quand l'espoir est ouvert
par un doux tintinnabule
ou une lumière tachetée
criant de joie à la périphérie
 
Quand la lumière crie de joie
et tachetée fait si plaisir
à un corps au repos
 
Quand la pensée, ouverte
s'attache pour reposer
sur le front
 
Quand des brindilles se balançant
juste derrière
la grande vitre de la bibliothèque
font signe, griffent et s'unissent
à une idée de l'histoire
 
Quand des brindilles griffues
s'unissent à une idée du temps
à une image de l'être
 
Par exemple être à côté et se muer
être un autre soi-même
 
être soi-même se muant en poème
 
Peter Gizzi, L'Externationale, traduit de l'américain par Stéphane Bouquet, editions José Corti, Serie américaine 2013

Partager cet article

Repost0

Prière

Publié le par Fred Pougeard

Donne-moi une fontaine proche de la forêt
Peu profonde de quoi remplir le creux de la main
Et une grenouille qui gardera l'eau pure
 
Je viendrai à l'automne repêcher les feuilles mortes
Je viendrai en hiver et briserai la glace
Et en août j'inviterai à boire les passants assoiffés
 
C'est tout Et c'est sans doute en ton pouvoir
De créer pour moi ce point d'eau minuscule
Où le ciel viendra parfois se refléter
 
Jan Skacel, Quelque chose d'autre, extrait publié dans Poésie n°1 n°46 La Nouvelle poésie tchèque, Juillet-août 1976. Choix et traductions de Milan Kepel.

Partager cet article

Repost0

Mon Dieu, je brûle de l'espoir

Publié le par Fred Pougeard

Mon Dieu, je brûle de l'espoir

que les choses qui n'existent pas

adviennent

de voir le bout de la steppe dédaigneuse

où je risque mes pas en aveugle,

et de brûler :

 

je dormirai, comme un oiseau la joie viendra

m'ouvrir le cœur, comment - je ne sais pas,

et rageusement

 

tuera le serpent dedans, le monstre, le suspendra

en sang, à la branche, au plus profond humide des bois

du désespoir,

 

Et, sentinelle aux portes de mon âme,

adoucira de larmes les pervenches de l'attente

en chantant.

 

Bohuslav Reynek, Le Serpent sur la neige (1924) traduction de Xavier Galmiche avec une préface de Sylvie Germain et 27 linogravures de l'auteur. Editions Romarin, Les amis de Suzanne Renaud et Bohuslav Reynek 1997

Partager cet article

Repost0