Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hillary Express etc.

Publié le par Fred Pougeard

Je viens juste de commander mon premier repas
           curry et riz
tout seul dans un restaurant japonais.
           Quel triomphe !
Je me sens comme un bébé risquant son 
           premier pas hésitant.
 
           Gare à toi mont Everest !
 
                                                   Tokyo
                                                          16 mai 1976
 
 
Cerfs-volant
 
Dimanche chaude après-midi de pluie
4 heures, une venelle, Ginza
         est fermée.
 
La sieste pour des milliers de bars,
leurs enseignes sont comme des cerfs-volants
        aux couleurs vives.
 
Enroulées en pelote les rues étroites
et les ruelles : de la ficelle.
 
       Calme
       juste quelques passants
       pas de vent
 
                                                 Tokyo
                                                       16 mai 1976
 
Dans l'ascenseur on descend
 
Un caucasien  monte au
         au 17e étage.
Il est vieux, gras et habillé à grands
         frais.
Je dis bonjour / je suis amical.
         Il dit : "Salut."
 
Puis il regarde très attentivement
        mes vêtements.
 
Je ne suis pas habillé à grands frais.
Je pense que sa chaussure gauche coûte plus
que tout ce que j'ai sur moi.
 
Il ne veut plus me
        parler.
 
Je pense qu'il ne se rend pas totalement compte
qu'on descend vraiment
et qu'il n'y a plus de vêtements quelques
milliers d'années après votre mort.
 
Il pense tandis qu'on descend en silence
et qu'on sort au rez-de-
        chaussée
que nos chemins
        se séparent.
                                              
                                            Tokyo
                                                 4 juin 1976
 
Chauffeur de taxi
 
J'aime bien ce chauffeur de taxi
qui fonce dans les rues sombres
          de Tokyo
comme si la vie n'avait aucun sens.
Je me sens pareil.
 
                                         Tokyo
                                              17 juin 1976
 
Fragment n°4
 
dans un jardin
         500 Bouddhas moussus
         vert lichen
 
journée ensoleillée
 
         ces Bouddhas
         connaissent la réponse
         de tous les cinq
         cents autres Bouddhas
 
                                         Jamais achevé
                                              hors de Tokyo
                                              le 23 juin 1976
                                              hormis le mot
                                              autres ajouté à
                                              Pine Creek, Montana
                                              le 23 juillet 1976
      
 
Richard Brautigan, Journal japonais (1978) dans C'est tout ce que j'ai à déclarer, oeuve poétique complète. édition bilingue. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Thierry Beauchamp, Frédéric Lasaygues et Nicolas Richard. La Castor Astral 2016
 
 
 
 

Partager cet article

Repost0

La part d'Elohim

Publié le par Fred Pougeard

La part d'Elohim est en moi parfois un poème au coeur de la nuit,
Quand mon lit est tout argenté, quand dix couples
Dans la maison de trois étages que j'habite
Se partagent le bonheur nocturne sous l'éclat blanc des étoiles.
Et c'est parfois le mutisme profond, juste pour atteindre mon être.
Tremblante luit une étoile ployée
Dans la solitude, ici, sur la terre,
Et parfois je suis le soir une grande larme obscure,
Un rien, la larme choit dans la poussière,
Et parfois le soir , je suis un violon à sept cordes
Dans un  profond réceptacle-ossuaire,
Un rien, un souffle de brise et l'air bleu
Dans la chambre commence à se plaindre,
Et la poignée d'os, de chair et de sang
A chaque instant sert la part d'Elohim,
Et je ne possède rien d'autre en ce monde
Et ne suis rien moi-même que cela.
 
Uri Zvi Grinberg (Greenberg), dans Le Miroir d'un peuple, Anthologie de la poésie yiddish 1870-1970, textes choisis, traduits et présentés par Charles Dobzynski, Editions Gallimard 1971
 
 

Partager cet article

Repost0

Chacun s'en va comme il peut...

Publié le par Fred Pougeard

Chacun s'en va comme il peut,
les uns la poitrine entrouverte,
les autres avec une seule main,
les uns la carte d'identité en poche,
les autres dans l'âme,
les uns la lune vissée au sang
et les autres n'ayant ni sang, ni lune, ni souvenirs.
 
Chacun s'en va même s'il ne peut,
les uns l'amour entre les dents,
les autres en se changeant la peau,
les uns avec la vie et la mort,
les autres avec la mort et la vie,
les uns la main sur l'épaule
et les autres sur l'épaule d'un autre. 
 
Chacun s'en va parce qu'il s'en va,
les uns avec quelqu'un qui les hante,
les autres sans s'être croisés avec personne,
les uns avec la porte qui donne ou semble donner sur le chemin,
les autres par une porte dessinée sur le mur ou peut-être dans l'air,
les uns sans avoir commencé à vivre
et les autres sans avoir commencé à vivre.
 
Mais tous s'en vont les pieds attachés,
les uns par le chemin qu'ils ont fait,
les autres par celui qu'ils n'ont pas fait
et tous par celui qu'ils ne feront jamais.
 
                                                                                         Segunda Poesía vertical (69,II)
 
Roberto Juarroz, Poésie verticale, traduit de l'espagnol (Argentine) et présenté par Roger Munier. Librairie Arthème Fayard 1980 et 1989.

 

Partager cet article

Repost0

Un chapelet pour Amy

Publié le par Fred Pougeard

I   Amy Nostra
 
Notre Amy qui est dans les charts,
que ton nom d'alcoolique soit sanctifié,
que ton règne soul arrive,
que ta volonté soit faite à notre table et dans nos pieux,
donne-nous aujourd'hui notre coke quotidienne,
ne nous pardonne rien car nous sommes impardonnables,
soumets-nous à toutes les tentations
et délivre-nous des tyrans du Bien,
Délivre-nous de tout Bien,
Amy car c'est à toi
qu'appartiennent le groove, la puissance et la défonce
pour les siècles des siècles.
 
II   Ave Amy
 
Je vous salue Amy pleine de grâces,
La Soul est avec vous
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et le Groove
fruit de vos entrailles est béni.
Sainte Amy, mère de la Défonce,
priez pour nous heureux libertins
maintenant et à l'heure de notre orgasme.
 
Jérôme Leroy, Un dernier verre en Atlantide. Editions La Table Ronde 2010

 

 

Partager cet article

Repost0