Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un rêve

Publié le par Fred Pougeard

Humain terrestre âgé de cinquante ans
Avec son lot de chance et de malchance,
Je me suis retrouvé un jour, quittant
Le monde, dans un monde de silence.
L’homme n’y existait qu’un petit peu,
Des derniers restes de ses habitudes
Mais sans désir aucun, sans aucun vœu,
Et n’avait ni surnom ni matricule.
Mille visages indifférenciés
M’accompagnaient, pris dans un cercle étrange ;
J’entrais dans la fumée de grands brasiers
Je m’y recomposais, nouveau mélange.
J’allais flottant, j’étais heureux d’errer,
Indifférent, muet et solitaire 
Et j’écartais d’un geste mesuré
Le fin ruban d’un rougeoiement, la terre.
J’avais encore en moi comme un rebut
De vie pour me tenir à l’identique
Mais l’âme ne tendait que vers un but —
Ne plus être âme et être corps physique.
Des éléments flottaient sur l’étendue,
Surfaces rêches dans surface lisse.
Des ponts d’une amplitude jamais vue
Avaient été jetés sur les abysses.
Je vois les éléments originaux
Qui traversaient l’espace à la dérive, —
Réseaux de fermes, toiles des canaux,
Tracés d’une structure primitive.
Pas de raffinement dans le détail,
Le maniérisme y semble sans usage
Mais on n’y voit pas trace de travail
Quoique tout bouge et tout soit à l’ouvrage.
Dans le comportement de leur pouvoir
Pas ombre de violence ou d’arbitraire ;
Quoique sans peur moi-même et sans vouloir,
Je faisais tout ce que j’avais à faire.
Jamais je n’ai pensé à dire « non »
Ni dire « oui » dans une ardeur factice.
J’aurais erré longtemps, et sans façon,
Si mon errance avait rendu service.
Un jeune gars flottait là par hasard,
Il m’a parlé pendant une heure entière,
Et même lui, pareil à un brouillard,
Etait moins un esprit qu’une matière.
Nous sommes arrivés à un étang.
Il a lancé sa ligne, — un dernier reste
De terre a fait surface et, dans l’instant,
Lui, il l’a repoussé d’un simple geste.
 

Nikolay Zabolotsky, un rêve (1953) traduction André Markowicz

Partager cet article

Repost0

Inscriptions

Publié le par Fred Pougeard

4
 
C'est le vieux crépuscule familier :
le fleuve qui coule bleu et rose ;
la tombe du héros auquel nous rendions visite—
chacun regagne sa tombe à présent.
 
Certains ont déjà atteint leur but,
sont devenus prospères, connus —et sont morts ;
et d'autres — chenus ou chauves — qui font encore des projets et gardent l'espoir,
marchent au crépuscule près de ce ressac rosé.
 
5
 
Deux fillettes d'une douzaine d'années à une table
dans la Caféteria, se souriant
et souriant au monde ; mangeant posément.
Un clochard, portant deux ou trois manteaux en loques,
noir de crasse, marmonnant, s'est assis à côté d'elles—
l'araignée de Miss Muffet.

À cette différence qu'elles ne se sont pas enfuies effrayées,

n'ont pas frémi comme si elles étaient plus âgées et regardaient de travers.

Elles ont jeté un coup d'œil à la dérobée
à leur sombre compagnon et s'en sont un brin amusées ;
dans leur radieuse innocence
ne voyant en lui qu'un autre être humain.
 
11
 
Inscris-le dans ton registre
parmi les bénéfices du jour :
le chemin sombre et incertain du vent
sur la rivière luisante ;
de la neige sur les branches jaunes du sycomore.
 
Charles Reznikoff Inscriptions (1959) Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Thierry Gillybœuf. Nous 2018
 
 

Partager cet article

Repost0

Laisse LXVI

Publié le par Fred Pougeard

 

 

LXVI

à Fred Pougeard

 

Tout est tranquille ici.

C’est si tranquille ici que c’en est un massacre.

Tout m’avait un goût dégueulâcre

Hier. Mais ce n’est plus ce que je dis.

Ce que je dis, c’est que le monde est beau.

Ce que je dis, c’est que le monde est neuf.

J’ai changé mon regard, je regarde de haut.

Tout est tranquille et neuf.

J’aime changer comme change le ciel.

Je ne sais plus les noms,                                           10

Je sais que les noms sont maudits ;

Les noms sont pleins de fiel,

Ce sont de sales cons.

Oui, c’est ce que je dis.

On voit encore ici leur ombre,

Souvenir de terreur.

On se souvient de leur grand nombre –

Et peut-elle être belle,

La peur ?

Tout est tranquille ici.                                              20

Il suffirait d’un rien pour que la vie soit belle.

Il suffirait que soit défait mon dit.

Diction, malédiction.

Tout est toujours mal dit et le malheur arrive.

Poète un pied sur chaque rive,

Attend de l’enfer éviction !

J’attends un invité,

Je refais du café.

Je voudrais être prêt lorsque la Mort viendra.

Je voudrais être prêt lorsque la Mort dira :              30

Viens mon petit on rentre

C’est un hiver de merde

Tu as froid mon petit viens dans mon lourd manteau

Il a duré longtemps oui duré si longtemps

Et il n’est plus si tôt non plus si tôt

Je ne veux pas que tu te perdes

Partageons ce café

Nous avons tout le temps

De prendre le café de finir le café                             40

Tu as déjà un peu plus chaud petit ?

Viens dans mon lourd manteau et fais ce que je dis

On rentre.

Un café dans le ventre

On rentre à la maison

On rentre on rentre à la maison

La maison tu verras n’a pas beaucoup changé

La maison tu verras n’a pas du tout changé

Et tout le monde y est

Tout le monde t’attend                                              50

Tout le monde a le temps

Et puis le temps passé n’est pas juste passé

Il est aussi devant

Il est encor présent

Le temps est la grande cuisine

Où tu fais ce café

Et dans l’odeur du café

Tu trouves la cuisine

La table d’où par la fenêtre

S’en est allée l’enfance                                              60

Par petits morceaux d’être

Qui sont devenus rances.

Tu trouves ta fragrance

Et l’alcool et la cire et puis le goût du temps

Le temps qu’on tient en soi qu’on a pour soi

Le vieux temps de l’enfance

Où la fenêtre s’ouvre et c’est le soir des rois

Le temps au cœur du temps

Qu’est-ce que tu as cru ?

Qu’on allait te laisser à ce monde foutu                               70

Petit ? La gelée blanche est tombée sur le pré

Je prends le fusil de Grand-Père

Et de quoi le charger

Et je m’en vais par les bois les fougères

Et je vais par les monts

Et je ne pense à rien seulement à marcher

Je ne me perdrai pas je connais tout à fond

Je suis une ombre dans les vallées la forêt

Peut-être suis-je mort

Mes anciens sont ici leur âme y dort                                   80

 

Je refais du café.

Je remonte le temps.

Je me souviens de tout.

Non, je ne suis pas fou.

Je suis coulé au temps.

Et je démens les faits.

L’enfance

Est d’un coup revenue

D’un coup d’un seul intacte.

Je pense                                                                                90

Ma mémoire est foutue

La parole m’impacte

Je vacille sur moi

– Je ne peux plus signer

Dit regardant sa main mon père

– Moi je peux l’imiter…

Et je gribouille un truc qu’il reconnaît pour sien.

– … je n’ai pas tant triché pour rien

Je repense à l’école et mon père sourit.

 – Je ne peux plus signer                                                      100

Dit prenant le stylo mon père

Puis il gribouille un truc sur un coin de papier

Et sourit

Dieu qu’ils sont loin les pleins et les déliés

– Mais ce n’est pas ta signature

Dit doucement ma mère

Et mon père sourit et me tend le papier

– Non ce n’est pas ta signature

Elle est à peu près nette avec pleins et déliés

– C’est celle de mon père                                                     110

Dit mon père Il sourit.

On n’a pas tant triché pour rien.

Personne n’a triché.

Je ressers du café.

On est bien, là, oui, on est bien.

Ma mère aussi sa main sur la mienne sourit.

Le moment se suspend.

J’accroche le fusil au mur de l’escalier

Je jette un œil à ce bout de papier

C’est si ténu le temps                                                          120

 

19 janvier 2016

 

Pascal Adam, Laisse 66

Partager cet article

Repost0

Pas mourir...

Publié le par Fred Pougeard

Pas mourir
pas encore
trop tôt le couteau
le poison, trop tôt
Je m'aime encore
J'aime mes mains qui fument
qui écrivent
Qui tiennent la cigarette
La plume
Le verre
J'aime mes mains qui tremblent
qui nettoient malgré tout
qui bougent
Les ongles y poussent encore
mes mains
remettent les lunettes en place
pour que j'écrive
 
Agota Kristof, Clous. Poèmes en hongrois et français. Traduction Maria Maïlat. Editions Zoé, Genève 2016.

Partager cet article

Repost0