Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Autre poème des dons

Publié le par Fred Pougeard

Je veux rendre grâce au divin
Labyrinthe des effets et des causes
Pour la diversité des créatures
Qui composent ce singulier univers,
Pour la raison, qui ne cessera jamais de rêver
Au plan du labyrinthe.
Pour le visage d'Hélène et pour la persévérance d'Ulysse,
Pour l'amour, qui nous permet de voir nos semblables
Comme les voit la divinité,
Pour le ferme diamant et pour l'eau dénouée,
Pour l'algèbre, palais de cristaux précis,
Pour les monnaies mystiques de Silesius,
Pour Schopenhauer,
Qui peut-être déchiffra l'univers,
Pour l'éclat du feu
Qu'aucun être humain ne peut regarder sans un ancien étonnement,
Pour l'acajou, le cèdre et le santal,
Pour le pain et le sel,
Pour le mystère et la rose
Qui prodigue la couleur et qui ne la voit pas,
Pour certaines veilles et certains jours de 1955,
Pour les durs gardians qui sur la plaine
Font aller devant eux le bétail et l'aube,
Pour le petit matin à Montevideo,
Pour l'art de l'amitié,
Pour le dernier jour de Socrate,
Pour les mots échangés au crépuscule
D'une croix à l'autre,
Pour ce rêve de l'Islam qui embrassa
Mille nuits et une nuit,
Pour cet autre rêve, l'enfer
Pour le feu purificateur de la Tour
Et pour ses sphères glorieuses,
Pour Swedenborg
Qui parlait avec les anges dans les rues de Londres,
Pour les fleuves secrets et immémoriaux
Qui convergent en moi,
Pour la langue qu'il y a des siècles et des siècles j'ai parlée en Northumbrie,
Pour l'épée et la harpe des Saxons,
Pour la mer, qui est un désert resplendissant,
Un symbole de nos ignorances
Et une épitaphe des Vikings,
Pour la musique verbale d'Angleterre,
Pour la musique verbale d'Allemagne,
Pour l'or qui brille dans les vers,
Pour l'hiver épique,
Pour le nom d'un livre que je n'ai pas lu : Gesta Dei per Francos,
Pour Verlaine, innocent comme les oiseaux,
Pour le prisme de cristal et le poids de cuivre,
Pour les zébrures du tigre,
Pour les hautes tours de San Francisco et de l'île de Manhattan,
Pour le matin au Texas,
Pour ce Sévillan qui rédigea l'Epître morale,
Et dont, comme il l'eut préféré, nous ignorons le nom ;
Pour Sénèque et pour Lucain, de Cordoue,
Qui avant la langue espagnole écrivirent
Toute la littérature espagnole,
Pour le fier et géométrique jeu d'échecs,
Pour la tortue de Zénon et la carte de Royce,
Pour l'odeur médicinale des eucalyptus,
Pour le langage, qui est capable de simuler la connaissance,
Pour l'oubli, qui annule ou modifie le passé,
Pour l'habitude,
Qui nous répète et nous confirme comme un  miroir,
Pour le matin, qui nous procure l'illusion d'un commencement,
Pour la nuit, avec ses ténèbres et son astronomie,
Pour la vaillance et le bonheur d'autrui,
Pour la patrie, sentie dans les jasmins
Ou dans une vieille épée,
Pour Whitman et saint François d'Assise, qui ont déjà écrit le poème,
Pour le fait que le poème est inépuisable,
Qu'il se confond avec la somme des créatures,
Qu'il ne parviendra jamais au dernier vers
Et qu'il varie selon les hommes,
Pour Frances Haslam*, qui demanda pardon à ses enfants
De mettre si longtemps à mourir,
Pour les minutes qui précèdent le sommeil,
Pour le sommeil et pour la mort,
Ces deux trésors cachés,
Pour les dons intimes que je n'écrirai pas,
Pour la musique, mystérieuse forme du temps.
 
Jorge Luis Borges, L'Autre, le Même dans Œuvre poétique 1925-1965. Mise en vers français par Ibarra. Editions Gallimard 1970
 
 
*Grand-mère de Borges
 
Partager cet article
Repost0

Hillary Express etc.

Publié le par Fred Pougeard

Je viens juste de commander mon premier repas
           curry et riz
tout seul dans un restaurant japonais.
           Quel triomphe !
Je me sens comme un bébé risquant son 
           premier pas hésitant.
 
           Gare à toi mont Everest !
 
                                                   Tokyo
                                                          16 mai 1976
 
 
Cerfs-volant
 
Dimanche chaude après-midi de pluie
4 heures, une venelle, Ginza
         est fermée.
 
La sieste pour des milliers de bars,
leurs enseignes sont comme des cerfs-volants
        aux couleurs vives.
 
Enroulées en pelote les rues étroites
et les ruelles : de la ficelle.
 
       Calme
       juste quelques passants
       pas de vent
 
                                                 Tokyo
                                                       16 mai 1976
 
Dans l'ascenseur on descend
 
Un caucasien  monte au
         au 17e étage.
Il est vieux, gras et habillé à grands
         frais.
Je dis bonjour / je suis amical.
         Il dit : "Salut."
 
Puis il regarde très attentivement
        mes vêtements.
 
Je ne suis pas habillé à grands frais.
Je pense que sa chaussure gauche coûte plus
que tout ce que j'ai sur moi.
 
Il ne veut plus me
        parler.
 
Je pense qu'il ne se rend pas totalement compte
qu'on descend vraiment
et qu'il n'y a plus de vêtements quelques
milliers d'années après votre mort.
 
Il pense tandis qu'on descend en silence
et qu'on sort au rez-de-
        chaussée
que nos chemins
        se séparent.
                                              
                                            Tokyo
                                                 4 juin 1976
 
Chauffeur de taxi
 
J'aime bien ce chauffeur de taxi
qui fonce dans les rues sombres
          de Tokyo
comme si la vie n'avait aucun sens.
Je me sens pareil.
 
                                         Tokyo
                                              17 juin 1976
 
Fragment n°4
 
dans un jardin
         500 Bouddhas moussus
         vert lichen
 
journée ensoleillée
 
         ces Bouddhas
         connaissent la réponse
         de tous les cinq
         cents autres Bouddhas
 
                                         Jamais achevé
                                              hors de Tokyo
                                              le 23 juin 1976
                                              hormis le mot
                                              autres ajouté à
                                              Pine Creek, Montana
                                              le 23 juillet 1976
      
 
Richard Brautigan, Journal japonais (1978) dans C'est tout ce que j'ai à déclarer, oeuve poétique complète. édition bilingue. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Thierry Beauchamp, Frédéric Lasaygues et Nicolas Richard. La Castor Astral 2016
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0

La part d'Elohim

Publié le par Fred Pougeard

La part d'Elohim est en moi parfois un poème au coeur de la nuit,
Quand mon lit est tout argenté, quand dix couples
Dans la maison de trois étages que j'habite
Se partagent le bonheur nocturne sous l'éclat blanc des étoiles.
Et c'est parfois le mutisme profond, juste pour atteindre mon être.
Tremblante luit une étoile ployée
Dans la solitude, ici, sur la terre,
Et parfois je suis le soir une grande larme obscure,
Un rien, la larme choit dans la poussière,
Et parfois le soir , je suis un violon à sept cordes
Dans un  profond réceptacle-ossuaire,
Un rien, un souffle de brise et l'air bleu
Dans la chambre commence à se plaindre,
Et la poignée d'os, de chair et de sang
A chaque instant sert la part d'Elohim,
Et je ne possède rien d'autre en ce monde
Et ne suis rien moi-même que cela.
 
Uri Zvi Grinberg (Greenberg), dans Le Miroir d'un peuple, Anthologie de la poésie yiddish 1870-1970, textes choisis, traduits et présentés par Charles Dobzynski, Editions Gallimard 1971
 
 
Partager cet article
Repost0

Chacun s'en va comme il peut...

Publié le par Fred Pougeard

Chacun s'en va comme il peut,
les uns la poitrine entrouverte,
les autres avec une seule main,
les uns la carte d'identité en poche,
les autres dans l'âme,
les uns la lune vissée au sang
et les autres n'ayant ni sang, ni lune, ni souvenirs.
 
Chacun s'en va même s'il ne peut,
les uns l'amour entre les dents,
les autres en se changeant la peau,
les uns avec la vie et la mort,
les autres avec la mort et la vie,
les uns la main sur l'épaule
et les autres sur l'épaule d'un autre. 
 
Chacun s'en va parce qu'il s'en va,
les uns avec quelqu'un qui les hante,
les autres sans s'être croisés avec personne,
les uns avec la porte qui donne ou semble donner sur le chemin,
les autres par une porte dessinée sur le mur ou peut-être dans l'air,
les uns sans avoir commencé à vivre
et les autres sans avoir commencé à vivre.
 
Mais tous s'en vont les pieds attachés,
les uns par le chemin qu'ils ont fait,
les autres par celui qu'ils n'ont pas fait
et tous par celui qu'ils ne feront jamais.
 
                                                                                         Segunda Poesía vertical (69,II)
 
Roberto Juarroz, Poésie verticale, traduit de l'espagnol (Argentine) et présenté par Roger Munier. Librairie Arthème Fayard 1980 et 1989.

 

Partager cet article
Repost0

Un chapelet pour Amy

Publié le par Fred Pougeard

I   Amy Nostra
 
Notre Amy qui est dans les charts,
que ton nom d'alcoolique soit sanctifié,
que ton règne soul arrive,
que ta volonté soit faite à notre table et dans nos pieux,
donne-nous aujourd'hui notre coke quotidienne,
ne nous pardonne rien car nous sommes impardonnables,
soumets-nous à toutes les tentations
et délivre-nous des tyrans du Bien,
Délivre-nous de tout Bien,
Amy car c'est à toi
qu'appartiennent le groove, la puissance et la défonce
pour les siècles des siècles.
 
II   Ave Amy
 
Je vous salue Amy pleine de grâces,
La Soul est avec vous
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et le Groove
fruit de vos entrailles est béni.
Sainte Amy, mère de la Défonce,
priez pour nous heureux libertins
maintenant et à l'heure de notre orgasme.
 
Jérôme Leroy, Un dernier verre en Atlantide. Editions La Table Ronde 2010

 

 

Partager cet article
Repost0

Les yeux fermés ?

Publié le par Fred Pougeard

Les yeux fermés ? Les yeux fermés
qui font le noir ? qui font le noir
ils parlent bas ? ils parlent bas
plutôt murmurent ? plutôt murmurent
coeurs emballés ? coeurs emballés
les deux en sueur ? les deux en sueur
les sangs cavalent ? les sangs cavalent
ça sent l'amour ? ça sent l'amour
et les parfums ? et les parfums
les bruits d'amour ? les bruits d'amour
bouches et muqueuses ? bouches et muqueuses
gémir en est ? gémir en est
jouir fait sourire ? jouir fait sourire
soupirs d'encore ? soupirs d'encore
d'encore encore ? d'encore encore
c'est éternel ? c'est éternel
jusqu'à demain ? jusqu'à demain
 
Ludovic Janvier bon d'accord allez je reste, Inventaire/Invention 2003
 
Photo copyright Sophie Bassouls, Ludovic Janvier le 1er décembre 1995.
Partager cet article
Repost0

Un poème

Publié le par Fred Pougeard

Est-ce que j'essayais d'entourer ton poignet
avec mes doigts ?
 
Aujourd'hui la pluie strie l'asphalte
Je n'ai pas d'autres paysages dans ma tête
Je ne peux pas penser
aux tiens, à ceux que tu as traversés dans le noir et
dans la nuit
Ni à la petite automobile rouge
dans laquelle j'éclatais de rire
 
L'ordre immuable des jours trace un chemin strict
c'est aussi simple qu'une prune au fond d'un compotier
ou que la progression du lierre le long de mon mur.
 
Mes doigts ne sont plus ce bracelet trop court
Mais je garde l'empreinte ronde de ton poignet
Au creux de mes mains ambidextres
Sur le drap noir de ma table
 
Georges Pérec, La clôture et autres poèmes. Editions Hachette 1992
Partager cet article
Repost0

Letters to Yesenin

Publié le par Fred Pougeard

19
 
Bien sûr nous préférerions sept épiphanies par jour et une terre moins ostensiblement privée d'anges. C'est très fatigant de faire semblant d'aimer gagner sa vie, parmi les objets et les événements banals de notre existence. Quelle belle brosse à dents. Quel pied, les heures sup. Quel froid merveilleux nous avons pour accompagner ce froid printemps foireux. Que c'est rigolo de ne pas avoir un sou. Cette soupe maigre a un goût formidable. Chaque matin, ma gueule de bois due à la vinasse m'apprend quelque chose. Ces formulaires de refus grandissent mon âme. La boîte à lettres est toujours tellement vide qu'on va la peindre en rose. Ça me met du baume au coeur qu'elle préfère baiser avec un autre. Il a fallu retirer l'oeil droit de notre chatte, infecté, mais elle n'a pas changé pour un sou. Je ne peux pas payer mes impôts, on va me jeter en prison : ce sera sans doute une expérience instructive. Ce serpent à sonnette mordant chien et fille fut très intéressant. Son corps décapité se tortillait magnifiquement, quand chien et fille tiraient dessus. Quel bienfait de perdre nos vingt derniers dollars au jeu de dés. D'entrée, un coup gagnant. Mais quels chants splendides t'inspira cette vie de chien même si tu ne crus jamais que "moins est plus", que l'humiliation recelait des merveilles ineffables. Après tous ces poèmes, on te traita de lâche et de parasite. Maïakovski siffla en public au-dessus de ton cadavre et de tes oeuvres, pour se suicider à son tour peu après. Pendant ce temps en Amérique, Crane avait une bourse Guggenheim d'un an et techniquement sauta au-dessus du navire. Eût-il mesuré deux cents mètres, il s'en serait tiré. Je crois que chacun de vous aurait été pour l'autre l'ami dont ils avaient tellement besoin. Tant de maris ont peu de temps à consacrer à leurs amis homosexuels. Mais nous ne devrions jamais imaginer que nous aimons ce plat de merde quotidien. Dans la cour, les chevaux se mordent et se pourchassent. De mon rêve je vais tirer une chanson : porté en litière par d'adorables femmes, un sachet de vingt livres de cocaïne, des anges ôtent leur tunique sur mon passage, tous les amis morts ressuscitent.
 
Jim Harrison, Letters to Yesenin (Lettres à Essenine) (1973). traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Brice Matthieussent. Editions Christian Bourgois 1999
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0

Passant, ce sont des mots.

Publié le par Fred Pougeard

Passant, ce sont des mots. Mais plutôt que lire
Je veux que tu écoutes : cette frêle
Voix comme en ont les lettres que l'herbe mange.

Prête l'oreille, entends d'abord l'heureuse abeille
Butiner dans nos noms presque effacés.
Elle erre de l'un à l'autre des deux feuillages,
Portant le bruit des ramures réelles
À celles qui ajourent l'or invisible.

Puis sache un bruit plus faible encore, et que ce soit
Le murmure sans fin de toutes nos ombres.
Il monte, celui-ci, de sous les pierres
Pour ne faire qu'une chaleur avec l'aveugle
Lumière que tu es encore, ayant regard.

Simple te soit l'écoute ! Le silence
Est un seuil où, par voie de ce rameau
Qui casse imperceptiblement sous ta main qui cherche
À dégager un nom sur une pierre,

Nos noms absents désenchevêtrent tes alarmes,
Et pour toi qui t'éloignes, pensivement,
ici devient là-bas sans cesser d'être.

Yves BonnefoyLes planches courbes, Mercure de France 2001

Partager cet article
Repost0

Merde pour ce mot

Publié le par Fred Pougeard

Journal, 2 mars 2018

 

L’Humanité est mon journal, j’ai dit ailleurs pourquoi. Cet amour, parfois, est déçu. Hier : pages « poésie » (le Printemps s’amène, des becs gorgés de vers vont cuicuiter dans les librairies, centres d’art, théâtres, maisons de poésies…). Fronton : « La poésie ? Un arc-en-ciel qui se lève à minuit ». Ça commence fort. Plus fort : « Muse, sa parole ailée déchire la nuit, la lumière filtre ». Toujours les cieux de convention, les yeux blancs, les mollets lyriques cambrés, « le cœur à l’écoute », le moi qui bave, le « chant du désir », la « fraîcheur du vent », maman Nature mon adorée, la chatouille sous les bras rhétoriques pour des exaltations sur-jouées. A côté, puisqu’il faut aussi au « Poète » (grand pet) « séquestrer les jougs contraires », les déplorations rituelles sur les espaces médiatiques « dramatiquement rétrécis », la misère marginalisée de la corporation (mais sa dignité dans ces déboires).

Où est le pire ? dans l’insignifiance paresseuse du poète chroniqué ? dans la logorrhée abrutie du chroniqueur (un « poète », lui aussi, forcément) ? En tout cas, dans le fourmillant petit monde poétique, rien n’a changé. Toujours les mêmes ignorances, les faiblesses de pensée, les narcissismes artistes, les formes abandonnées aux enchaînements réflexes, aux lieux communs, aux pires clichés, aux vieilleries métaphoriques recyclées sans scrupule. Le mot même de « poésie » s’étire là-dedans comme un chewing-gum mille fois remastiqué, délavé de tout goût, avec des petites bulles d’œuf peinturluré comme effet voulu bœuf. « Merde » pour lui, comme disait Ponge, s’il ne nomme que ça.

Que le Printemps des Poètes se nourrisse de ces déjections du temps est dans l’ordre des choses et n’a pas d’importance. Mais que L’Huma célèbre ces niaiseries réactionnaires me navre.

 

Christian Prigent, texte publié dans la revue Sitaudis https://www.sitaudis.fr/Incitations/merde-pour-ce-mot.php

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 > >>