Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Maintenant je veux blanches à nouveau

Publié le par Fred Pougeard

Maintenant je veux blanches à nouveau toutes mes lettres
inouï mon nom, ma grâce reployée : 
que je m'étende sur le cadran des jours,
reconduise la vie à minuit.
 
Et ma vallée rose d'oliviers,
et la ville enchevêtrée de mes amours,
qu'elles soient déployées comme une frêle paume,
ma paume où sont marquées toutes mes morts.
 
Ô Moyen-Orient marqué par sa voix,
je veux m'éveiller sur le chemin de Damas—
et n'avoir jamais levé les yeux vers un ciel
​​​​​​​autre que le sien, que tant de joie en croix.
 
*
 
Ora rivoglio bianche tutte le mie lettere,
inaudito il mio nome, la mia grazia richiusa ;
ch'io mi distenda sul quadrante dei giorni,
riconduca la vita a mezzanotte.
 
E la mia valle rosata dagli uliveti
e la città intricata dei miei amori
siano richiuse come breve palmo,
il mio palmo segnato da tutte le mie morti
 
O Medio Oriente disteso della sua voce,
voglio destarmi sulla via di Damasco—
né mai lo sguardo aver levato a un cielo
altro dal suo, da tanta gioia in croce.
 
Cristina Campo, Pas d'adieu dans Le Tigre absence, poèmes traduits et présentés par Monique Baccelli, Arfuyen 1996
Partager cet article
Repost0

Œil de phoque

Publié le par Fred Pougeard

Te regarde. T'attire dangereusement près.
Comme l'abîme profond.
Comme l'eau sombre.
Te cerne
et t'observe
de la frontière du silence.
Te regarde. Te bois lentement
​​​​​​​jusqu'à ce que ton œil voie
ce que tranquillement
je vois.
M'enferme autour de toi.
Te métamorphose.
Et ne te lâche plus jamais.
 
Halfdan Rasmussen, traduit par Solange Rovsing Olsen, dans Anthologie de la poésie danoise contemporaine, Editions Gallimard 1970
 
Partager cet article
Repost0

Dans l'immobilité

Publié le par Fred Pougeard

Les tombes disloquées le long des haies taillées
jetaient leurs noms français dans le silence et la
touffeur un peu salée d'un Sud aimant le soir
les mousses laissaient traîner
leurs voiles fantomatiques de veuves disparues
dentelles de la mort des pauvres de l'exil
ici avaient régné l'abandon le viol et le carnage
la fièvre avait jauni des yeux lassés d'attendre
et maintenant la douceur de province oubliée
s'emplissait à sept heures d'une folie d'oiseaux
d'un essaim d'ailes et de chants qui tournait sur la ville
​​​​​​​il fit chaud et musical in Louisiana
les aréoles noires et les chairs roses depuis longtemps avaient
                                                                                           mêlé
la fureur de leurs feux dans leurs couches confuses
et ce parfum de sueur sur la chaleur des choses
alors parmi
l'exacte vérité des secondes et des fleurs excessives
on pensait dans le ciel rouge à la vanité des combats
quels qu'ils soient tandis
que le regard des vieux noirs s'emparaient de vos yeux
​​​​​​​au fond de vos querelles dans l'immobilité.
 
Jean Pérol, Histoire contemporaine, poèmes 1977-1981 Editions Gallimard 1982
 
​​​​​​​Photo anonyme : petit cimetière rural non identifié, peut-être  dans la baie de Barataria, sud est de la Louisiane (Source : Louisiana Digital Library)
 
Partager cet article
Repost0

Dans l'herbe à l'aurore

Publié le par Fred Pougeard

 
Dans l'herbe à l'aurore un coq blanc
rougit comme la neige sur les monts inanimés.
Sur le lit blanc, je tressaille et de mes mains
inconnues, je touche mon visage.
 
Une femme chante, une voix de petite fille
suspendue dans l'azur.
 
*
 
Nell'erba dell'aurora arde un bianco
gallo come neve sui monti inanimati.
Sul bianco letto trasalgo e con le mie mani,
ignote, mi tocco il viso.
 
Una donna, con voce di bambina,
canta, sospesa nell'azzurra aria.
 
Pier Paolo Pasolini, Dal diario (1945-1947). Je suis vivant. Traduit de l'italien par Olivier Apert et Ivan Messac. Nous 2022
 
 
Partager cet article
Repost0

Péniche aux gravats

Publié le par Fred Pougeard

Heure d'eau, la péniche aux gravats
nous emporte vers le soir, nous n'avons
comme elle, pas de hâte, un Pourquoi
mort se tient à la poupe.
 
........................................
 
Allégé. Le poumon, la méduse
se gonfle en cloche, une brune
excroissance d'âme atteint
le Non respiré clair.
 
SCHUTTKAHN
 
Wasserstunde, der Schuttkahn
fährt uns zu Abend, wir haben
wie er, keine Eile, ein totes
Warum steht am Heck.
 
.......................................
 
Geleichtert. Die Lunge, die Qualle
bläht sich zur Glocke, ein brauner
Seelenfortsatz erreicht
des hellgeatmete Nein.
 
Paul Celan, Grille de parole, Sprachgitter (1959) traduit de l'allemand par Martine Broda, Christian Bourgois éditeur 1991
 
 
 
Partager cet article
Repost0

Tourbillon de mouches

Publié le par Fred Pougeard

Un cavalier va dans la plaine
La jeune fille pense à lui
Et cette flotte à Mitylène
Le fil de fer est là qui luit
 
Comme ils cueillaient la rose ardente
Leurs yeux tout à coup ont fleuri
Mais quel soleil la bouche errante
À qui la bouche avait souri
 
 
L'ADIEU DU CAVALIER
 
Ah Dieu ! que la guerre est jolie
Avec ses chants ses longs loisirs
Cette bague je l'ai polie
Le vent se mêle à vos soupirs
 
Adieu ! voici le boute-selle
Il disparut dans un tournant
Et mourut là-bas tandis qu'elle
Riait au destin surprenant
 
Guillaume Apollinaire, Caligrammes, Mercure de France 1918

 

Partager cet article
Repost0

Soudain le jour...

Publié le par Fred Pougeard

Soudain le jour arrache la torpeur du lit
Soudain tu as hâte de couper d'avec ta nuit
Soudain il t'est impossible de rester couchée
Soudain tu coupes court à toute hésitation
En apparence tout redevient net
L'appel du lointain se rappelle à ton esprit
Tu veux en finir avec ta stagnation
Soudain le désert redevient asymptote
Et c'est d'abord ici que tu agiras
Quand là-bas s'annonce la chaleur à venir.
 
Le corbeau descend en planant
Sur la terre ensoleillée.
La gelée matinale fond en spirales
Les fleurs du pommier s'épanouissent layette
Dans la fraîcheur les arbres se secouent
La lumière ravive les sommets déglacés
En attente d'attiser les tisons de l'été.
La vigne sèche voit pousser les herbes folles
Qui grappillent du terrain entre les pierres
​​​​​​​Autour du groseillier, au pied du néflier
Contre les pruniers de protection sûre
La terre couve encore son humidité
L'invisible fermente sous les sèves affleurantes.
 
Marion Lafage, Par chemins et calames, collection Poésie XXI, Jacques André Editeur 2022
 

 

Partager cet article
Repost0

C'est à un combat sans corps...

Publié le par Fred Pougeard

C'est à un combat sans corps qu'il faut te préparer, tel que tu puisses faire front en tout cas, combat abstrait qui, au contraire des autres, s'apprend par rêverie.
 
(...)
 
Quoi qu'il t'arrive, ne te laisse jamais aller —faute suprême— à te croire maître, même pas un maître à mal penser. Il te reste beaucoup à faire, énormément, presque tout. La mort cueillera un fruit encore vert.
 
(...)
 
Ce que tu as gâché, que tu as laissé se gâcher et qui te gêne et te préoccupe, ton échec est pourtant cela même, qui ne dormant pas, est énergie, énergie surtout. Qu'en fais-tu ?
 
(...)
 
Tu peux être tranquille. Il reste du limpide en toi. En une seule vie tu n'as pas pu tout souiller.
 
(...)
 
La fadeur de ton ange t'obligea à chercher un démon, qui n'est que ton satanisateur. L'as-tu bien choisi ? Luciférien comme il se doit de l'être (c'est son signe), mais pas non plus absolument disproportionné à ta mince vigueur. Veilles-y. Ils s'accrochent, tu sais ?
 
(...)
 
Le continent de l'insatiable, tu y es. De cela au moins on ne te privera pas, même indigent.
 
(...)
 
Les arbres frissonnent plus finement, plus amplement, plus souplement, plus gracieusement, plus infiniment qu'homme ou femme sur cette terre et soulagent davantage.
Les peurs, les appréhensions, les soucis, la mélancolie, les tendresses, les émotions inexprimables, les arbres, pourvu qu'il y ait un souffle de vent, savent les accompagner.
Le précieux, le véritablement précieux est distribué sans le savoir et reçu sans contrepartie.
 
 
Henri Michaux, Poteaux d'angle. Editions Gallimard 1981
 
Image : Henri Michaux, Aquarelle sur papier 1981
 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0

Aphorismes de la mort vive

Publié le par Fred Pougeard

(...)
 
L'idée qu'on pose une pierre sur leur corps : comme si quelqu'un subitement hurlait à leur encontre : Tais-toi !
 
(...)
 
La terre les mange. Les entraits du navire tiennent-ils bon contre les coups de boutoir souterrains ? Qui, pour leur prêter main-forte, dans les secousses et les possibles avaries ? Personne. Personne. Personne.
 
(...)
 
J'appelle "mort vive" l'art de ne pas renoncer aux signes dans l'instant précis que tout paraît les congédier.
 
(...)
 
Hadès est le mot de la compassion. A-idès : "le lieu qu'on ne voit pas"— qu'on ne doit voir ; où habitent ceux que nous ne voyons plus, qui ne nous voient ni ne se voient.
 
Ce carnaval d'aveugles aveugle. Entre nous, c'est la seule empathie.
 
(...)
 
Où vais-je ? Question d'endeuillé. Michelet la pose à la mort de son fils. Où aller, en effet, dès lors que fait défaut la connaissance du seul nord magnétique ?
 
(...)
 
Poème est l'alambic qui tire de la mort la seule goutte de venin capable de nous aider à la surmonter.
 
(...)
 
​​​​​​​Ce que soulève en nous la mort d'un proche est de même eau que ce qu'y enfle la lecture d'une lettre. D'abord une attention extrême aux minuties, aux voix dehors qui se répondent dans la hauteur des arbres, à une lumière intense aveuglant leur chaos. Puis peu à peu revient l'obscurité. L'humeur atone des suites. 
 
(...)
 
Christian Doumet, Aphorismes de la mort vive.  Avec un frontispice de Jean-Michel Fauquet. Fata Morgana 2019
 
Illustration Jean-Michel Fauquet, Sans titre, 2018, tirage argentique sur papier baryté, signé, rehaussé à la peinture à l’huile
 
 

 

Partager cet article
Repost0

Comme un fleuve de feu continu

Publié le par Fred Pougeard

(...)Je lisais les livres anglais que j'avais emportés de Manchester et je me faisais un point d'orgueil de les relire encore et encore. Je savais combien de fois  j'avais lu chacun d'entre eux , certains plus de quarante fois ; je les connaissais tous par cœur, et si je les relisais malgré tout, c'était uniquement pour battre mon propre record. Ma mère s'en aperçut et me donna d'autres livres. Elle me trouvait déjà trop âgé pour lire des livres d'enfants et faisait tout pour m'intéresser à d'autres choses. Comme "Robinson Crusoé" était l'un de mes livres préférés, elle m'offrit "Pôle Nord-Pôle Sud" de Sven Hedin. Il y avait trois tomes que je reçus coup sur coup. Le premier tome déjà fut une révélation. Il y était question d'expéditions dans toutes les régions du globe, de Livingstone et de Stanley en Afrique, de Marco Polo en Chine. C'est par ces récits de voyage aventureux que je fis plus ample connaissance avec le monde et les peuples du monde. Ma mère poursuivit de cette manière l'œuvre de mon père. Quand elle s'aperçut que mon goût pour ces relations de voyages supplantait tout le reste, elle me ramena à la littérature ; et pour que je ne risque pas de faire seulement de la lecture et de passer éventuellement à côté du sens, elle entreprit de lire avec moi Schiller en allemand et Shakespeare en anglais.
     Elle revenait ainsi à ses anciennes amours, cultivant en même temps le souvenir de mon père avec qui elle avait tant parlé de ces choses autrefois. Elle s'efforçaient de ne pas m'influencer. Elle voulait savoir, après chaque scène, comment je l'avais comprise, et c'est toujours moi qui parlais le premier, elle n'intervenait qu'après coup. Parfois, il se faisait tard, elle oubliait l'heure, nous continuions à lire ; elle s'enthousiasmait pour quelque chose et je savais alors que la lecture ne se terminerait pas de sitôt. Cela dépendait aussi un peu de moi. Plus mes réactions étaient censées et mon commentaire éloquent, plus l'expérience passée remontait avec force en elle. Quand elle s'enthousiasmait pour l'une ou l'autre de ces choses auxquelles elle était si profondément attachée, je savais que la veillée était faite pour durer : l'heure à laquelle je me coucherais n'avait alors plus aucune importance ; elle ne pouvait pas davantage se passer de moi que moi d'elle, elle me parlait comme à un adulte, faisait l'éloge de tel acteur dans tel rôle, critiquait éventuellement tel autre qui l'avait déçue, encore que ce dernier cas ne se produisît que rarement. Elle parlait de préférence de ce qui lui avait plu d'emblée, sans réserve ni restriction. Les ailes de son nez frémissaient au-dessus des narines largement ouvertes, ce n'était plus moi que voyaient ses grands yeux gris, ce n'était plus à moi qu'elle s'adressait. Quand elle était la proie de ce genre d'émotions, je sentais bien qu'elle parlait à mon père et peut-être m'identifiais-je à lui sans même m'en apercevoir. Je ne la tannais pas avec mes questions et m'efforçais, au contraire, d'attiser son enthousiasme.
     Quand elle se taisait, sa physionomie devenait si grave que je n'osais plus souffler mot. Elle passait sa main sur son front démesuré, le silence s'appesantissait, j'en avais le souffle coupé. Elle ne refermait pas le livre, il restait là, ouvert, tandis que nous dormions, jusqu'au lendemain. Elle ne disait aucune de ses phrases habituelles, ni qu'il était tard, ni que j'aurais dû être au lit depuis longtemps, ni qu'il me fallait être debout de bonne heure le lendemain pour aller à l'école, la gamme des sentences maternelles était abolie. Elle restait naturellement dans la peau du personnage dont elle venait de parler. De tous les personnages de Shakespeare, c'était Coriolan qu'elle préférait.
     Je ne crois pas que je comprenais, à l'époque, les pièces que nous lisions ensemble. Certes, beaucoup de choses se gravèrent en moi, mais ma mère demeura, dans mon souvenir, l'unique personnage d'une pièce unique que nous jouions ensemble. Par sa bouche, je fus mis au fait des plus terribles événements et affrontements ; et ce sont ses commentaires qui donnèrent lieu à mon irrésistible inclination pour ces choses.
     Quand cinq ou six ans plus tard, j'entrepris seul la lecture de Shakespeare, dans la traduction allemande cette fois, tout me parut nouveau ; j'étais étonné parce que le souvenir que j'en avais gardé était tout différent, comme un fleuve de feu continu.
(...)
 
Elias Canetti, La Langue sauvée, histoire d'une jeunesse (1905-1921). Traduit de l'allemand par Bernard Kreiss. Carl Hanser Verlag, Munich 1977, Editions Albin Michel 1980 
 
Photo : Mathilde Canetti et ses enfants. Elias est le plus grand, à gauche.
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>