Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

je vous salue quand même, ma France

Publié le par Fred Pougeard

En même temps,
comment voulez-vous
désespérer d'un pays
où le petit train passe
par St-Priest-Taurion
Brignac St-Léonard-de-Noblat
St-Denis-des-Murs
Châteauneuf-Bujaleuf
Eymoutiers-Lac de Vassivière
sol semé de héros
Lacelle-Corrèze Bugeat
Perols Jassonneix
Meymac Ussel
ciel plein de passereaux
avec à bord
une contrôleuse
aux yeux de forêt.
 
Jérôme Leroy, Nager vers la Norvège Editions La Table Ronde 2019
 

Partager cet article

Repost0

Pierre fondamentale

Publié le par Fred Pougeard

Je ne peux parler avec ma voix mais avec mes voix.
 
Ses yeux étaient l'entrée du temple, pour moi, qui suis une errante, qui aime et qui meurs. Et j'aurais chanté jusqu'à me faire une avec la nuit, jusqu'à me défaire nue à l'entrée du temps.
 
Un chant que je traverse comme un tunnel.
 
Présences inquiétantes
gestes de figures qui apparaissent vivantes par œuvre d'un langage actif qui les désigne,
signes qui insinuent des terreurs insolubles.
 
Une vibration des assises, une trépidation des fondations, drainent et perforent,
et j'ai su où réside cette chose si autre qui est moi, qui attend que je me taise pour prendre possession de moi et drainer et perforer les assises, les fondations,
cela qui, issu de moi, m'est hostile, qui conspire, prend possession de mon terrain vague,
non,
       je dois faire faire quelque chose,
non,
       je ne dois rien faire. ,
 
quelque chose en moi s'abandonne à la cascade de cendres qui m'emporte en moi avec celle qui est moi, avec moi qui suit elle et qui suis moi, indiciblement distincte d'elle.
 
Dans le silence même (non dans le même silence) avaler la nuit, une nuit immense immergée dans le secret des pas perdus.
 
Je ne peux parler pour ne rien dire. Aussi nous perdons-nous, moi et le poème, dans l'inutile tentative de transcrire des relations ardentes.
 
Où cette écriture la conduit-elle ? Au noir, au stérile, au fragmenté.
 
Les poupées éventrées par mes vieilles mains de poupée, la désillusion de ne trouver que pure étoupe (pure steppe ta mémoire): le père, qui dut être Tirésias, flotte sur le fleuve. Mais toi, qui t'es laissée assassiner en écoutant des contes de peupliers neigeux ?
 
Je voulais que mes doigts de poupée pénètrent dans les touches. Je ne voulais pas effleurer, comme une araignée, le clavier. Je voulais m'enfoncer, me clouer, me fixer, me pétrifier. Je voulais entrer dans le clavier pour entrer à l'intérieur de la musique pour avoir une patrie. Mais la musique bougeait, se précipitait. Ce n'est que lorsque reprenait un refrain, que montait en moi l'espoir de voir s'établir quelque chose de pareil à une gare, je veux dire : un point de départ ferme et sûr ; un lieu d'où partir, du lieu, vers le lieu, en fusion avec le lieu. Mais le refrain était trop bref, de sorte que je ne pouvais fonder une gare car je ne disposais que d'un train un peu sorti de ses rails qui se contorsionnait et se distordait.  Alors j'ai abandonné la musique et ses trahisons car la musique était plus en haut ou plus en bas, mais pas au centre, au lieu de la fusion et de la rencontre. (Toi qui as été ma seule patrie où te chercher ? Peut-être dans ce poème que je suis en train d'écrire.)
 
Un soir au cirque, j'ai retrouvé un langage perdu au moment où les cavaliers, torches en main, galopaient en ronde féroce sur de noirs coursiers. Même dans mes rêves de bonheur n'existera un cœur d'anges qui puisse m'offrir quelque chose de semblable à ces bruits chauds à mon cœur des sabots sur le sable.
 
(Et il me dit : Écris ; car ces mots sont fidèles et véritables.)
 
(C'est un homme ou une pierre ou un arbre qui va commencer le chant...)
 
Et c'était un frémissement doucement trépidant (je le dis pour instruire celle qui a égaré en moi sa musicalité et qui trépide plus dissonante qu'un cheval aiguillonné par une torche dans les arènes d'un pays étranger).
 
J'étreignais le sol, en prononçant un nom. Je crus que j'étais morte et que la mort était de ne cesser de prononcer un nom.
 
Ce n'est peut-être pas ce que je veux dire. Cette manière de dire et de se dire n'est pas agréable. Je ne peux parler avec ma voix mais avec mes voix. Il est aussi possible que ce poème soit un piège, une mise en scène de plus.
 
Quand le bateau changea de rythme et vacilla sur l'eau violente, je me dressai comme une amazone qui maîtrise de ses seuls yeux bleus le cheval qui se cabre (ou fut-ce de ses yeux bleus ?). L'eau verte sur mon visage, je boirai de toi jusqu'à ce que s'ouvre la nuit. Nul ne peut me sauver car je suis invisible même pour moi qui m'appelle avec ta voix. Mais où suis-je ? Je suis dans un jardin.
 
Il y a un jardin.
 
Alejandra Pizarnik, L'enfer musical (1971) traduit de l'espagnol (Argentine) par Jacques Ancet. Ypsilon Editeur 2012

Partager cet article

Repost0

Fille d'Afghanistan

Publié le par Fred Pougeard

Nul désir désormais d'ouvrir la bouche : que puis-je chanter ?
Entourée de la haine de tous, que puis-je chanter ?
 
Du poison, non du miel, sur mes lèvres, que puis-je chanter ?
Maudit soit le poing du tyran sur ma bouche fracassée. 
 
Qui pour partager ma peine ? Qui en ce monde à embrasser ?
Que sert de rire ou parler, de vivre ou pleurer ?
 
Captive dans une cage sans joie, sans espoir et sans désir,
A quoi bon être née pour se faire bâillonner ?
 
Ô mon coeur oui voici le printemps et son cortège de plaisirs.
mais qui a les ailes attachées, comment pourrait-il voler ?
 
Je me suis longtemps tue, mais n'ai pas oublié l'art de chanter ;
Mon coeur tout ce temps tout bas a fredonné.
 
Un jour heureux, je le sais, je vais mes barreaux briser
Et sortir de ce lieu solitaire pour follement chanter.
 
Je ne suis pas, tremblant dans le vent, chétif peuplier :
Je suis fille d'Afghanistan, faite pour son triste chant exhaler.
 
Nâdiâ Anjuman, dans Revue ARPA, n°125-126, Exils. Traduit de l'Afghan par Franck Merger. 2019.
 
Nâdiâ Anjuman (1980-2005) a publié un unique recueil, non encore traduit en français : Gul-e doudi, ce qui signifie Fleur de fumée, écrit en dari, forme afghane du persan. Elle a été assassinée par son mari le 4 novembre 2005, car il n'acceptait pas qu'elle étudie et écrive. La très populaire chanteuse Shalâh Zolând a chanté ce poème désormais connu de la plupart des afghans.
 
Ceci est le 200e poème posté sur ce blog. 
 
Merci à Jean-Yves Masson pour cette découverte.
 
Pour acheter la revue : Envoyer un chèque de 29 euros à Jean-Pierre Farines, 148 rue du Docteur Hospital 63100 Clermont-Ferrand 

Partager cet article

Repost0

La mémoire enfin

Publié le par Fred Pougeard

La mémoire, enfin, obtient ce qu'elle cherchait.
Se retrouve ma mère, se révèle mon père.
Je leur rêve une table, deux chaises. Assis,
ils me sont à nouveau, et à nouveau vivants.
Deux lampes des deux visages brillent à l'heure grise
comme pour Rembrandt.
 
Maintenant seulement je peux enfin les dire,
les rêves où ils erraient, dans combien de cohues
des roues je les sauvais, dans combien d'agonies,
de combien de mes mains, sans vie ils s'effondraient.
Fauchés —ils repoussaient de travers.
L'absurde les forçaient à une mascarade.
Qu'importe si hors de moi ils n'aient pu en souffrir,
s'ils en souffraient en moi. 
Les badauds entendaient quand j'appelais Maman
une chose qui sautillait et pépiait sur la branche.
Se moquaient de mon père coiffé d'un ruban rose.
Et je me réveillais de honte.
 
Et puis, enfin.
Une nuit ordinaire,
d'un vendredi banal à un samedi,
ils me sont arrivés tels que je les voulais.
Je les rêvais comme s'ils étaient libres de tous les rêves,
obéissant à eux-mêmes, et à rien d'autre déjà.
Éteintes, quelque part au fond, toutes les variantes.
Dépouillés de leur forme requise, les accidents.
Eux seuls, ils rayonnaient, beaux, tels qu'en eux-mêmes.
Je les pensais longtemps, longtemps, et heureusement.
 
Je me suis réveillée. Puis j'ai ouvert les yeux.
Et j'ai touché le monde comme un cadre sculpté.
 
Wisława Szymborska, Cent blagues (1967) dans De la mort sans exagérer, Poèmes 1957-2009, traduit du polonais par Piotr Kaminsky. Editions Gallimard 2018
 
Photographie : Wisława Szymborska à Cracovie en 1984 par Joanna Helander.

Partager cet article

Repost0

Plonge au fond du rêve

Publié le par Fred Pougeard

plonge au fond du rêve
qu’un slogan ne te submerge
(l’arbre est ses racines
et le vent du vent)
fie-toi à ton cœur
quand s’embrasent les mers
(et ne vis que d’amour
même si le ciel tourne à l’envers)
honore le passé
mais fête le futur
(et danse ta mort
absente à cette noce)
ne t’occupe d’un monde
où l’on est héros ou traître
(car dieu aime les filles
et demain et la terre)
 
*
 
dive for dreams
or a slogan may topple you
(trees are their roots
and wind is wind)
trust your heart
if the seas catch fire
(and live by love
though the stars walk backward)
honour the past
but welcome the future
(and dance your death
away at this wedding)
never mind a world
with its villains or heroes
(for god likes girls
and tomorrow and the earth)
 
Edward Estlin Cummings, 95 poems (1958) traduits de l'anglais par Jacques Demarcq. Seuil 2006

Partager cet article

Repost0

Troisième élégie

Publié le par Fred Pougeard

Une époque farouche

M’a, comme une rivière fait rebrousser chemin.

On m’a imposé une autre vie. Elle coulait

Dans un autre lit, auprès d’un autre,

Je ne connais plus mes rives.

Oh ! j’ai manqué bien des spectacles,

Le rideau s’est levé sans moi,

Puis il est tombé. Combien d’amis

Vrais je n’ai jamais rencontrés,

Combien de profils de villes,

Auraient pu m’arracher des larmes :

Et je ne connais qu’une ville au monde,

Je m’y oriente à tâtons dans mes rêves.

J’ai écrit beaucoup de vers,

Et, comme un chœur mystérieux,

Ils rôdent autour de moi, et peut-être

Un jour m’étoufferont…

Je connais les débuts et les fins,

Et la vie après la fin, et aussi

Quelque chose que je ne peux pas me rappeler.

Une femme (laquelle ?) a occupé

La place qui était pour moi la seule,

Elle porte mon nom le plus officiel,

Elle m’a laissé un sobriquet, dont

J’ai fait tout ce que j’ai pu.

Ce n’est pas dans mon tombeau,

Hélas ! que je dormirai.

Mais quelquefois un vent espiègle de printemps

Ou le choc de deux mots au hasard dans un livre

Ou le sourire de quelqu’un m’entraîne

Dans une vie qui n’existe pas.

Telle année, il s’est passé telle chose,

Telle autre, ceci… Voyager, voir, penser,

Se souvenir, entrer

Dans un nouvel amour comme dans un miroir

Avec le vague sentiment d’être infidèle,

Avec une ride qui, hier,

N’était pas là.

 

Mais si de je ne sais où

Je jetais un regard sur ma vie d’aujourd’hui,

Je connaîtrai enfin l’envie…

 

2 septembre 1945

Léningrad

 

Anna Akhmatova, Requiem, poème sans héros et autres poèmes, traduit du russe par Jean Louis Backès. Editions Gallimard 2007.

Partager cet article

Repost0

Le beau 27 septembre/Der schöne 27. September

Publié le par Fred Pougeard

Je n’ai lu aucun journal.
Je n’ai suivi des yeux aucune femme.
Je n’ai pas ouvert la boîte à lettres.
Je n’ai dit bonjour à personne.
Je n’ai pas regardé dans la glace.
Je n’ai parlé avec personne des temps passés ni
avec personne des temps nouveaux.
Je n’ai pas réfléchi à moi.
Je n’ai pas écrit une ligne.
Je n’ai pas déplacé une seule pierre.
 
*
 
Ich habe keine Zeitung gelesen.
Ich habe keiner Frau nachgesehn.
Ich habe den Briefkasten nicht geöffnet.
Ich habe keinem einen Guten Tag gewünscht.
Ich habe nicht in den Spiegel gesehn.
Ich habe mit keinem über alte Zeiten gesprochen und
mit keinem über neue Zeiten.
Ich habe nicht über mich nachgedacht.
Ich habe keine Zeile geschrieben.
Ich habe keinen Stein ins Rollen gebracht.
 
Thomas Brasch, Belles sont les rimes les rimes te mentent traduit de l'allemand par Bernard Banoun et Aurélie Marin. Hochrot, micro édition de Poésie, 2015

Partager cet article

Repost0

Pour Joseph Brodsky

Publié le par Fred Pougeard

Pour Joseph Brodsky

 
Les archipels touristiques de
mon sud sont des prisons aussi,
corruptibles,
et bien qu'il n'y ait pas 
de prison plus dure
qu'écrire des vers,
qu'est-ce que la poésie
quand elle en vaut la peine
sinon une phrase
que les hommes peuvent 
se passer de main en bouche ?
De main en bouche
à travers les siècles,
le pain qui reste
quand les systèmes ont décliné,
quand dans sa forêt 
de fils de fer barbelés,
un prisonnier marche en rond,
mâchant cette phrase
dont la musique sera encore là
après la chute des feuilles,
dont la condensation 
telle la sueur de marbre
tombant du front des anges
ne séchera pas
tant que l'aurore boréale
n'aura pas éteint les lumières
de paon de son lent ventilateur
de Los Angeles
à Archangelsk,
et la mémoire
n'a nul besoin de répétition.
Effrayé et affamé,
la fièvre divine
secouait Ossip Mandelstam
et chaque métaphore le faisait
frissonner de fièvre,
chaque voyelle plus lourde
qu'une pierre de bornage
"au craquement de roubles-papier
près d'une Néva citron",
mais maintenant
cette fièvre est un brasier
dont la lueur
réchauffe nos mains
Joseph
tandis que nous grognons
comme des primates,
échanges gutturaux dans 
la caverne hivernale
d'un cottage brun
tandis que dehors
les mastodontes propulsent
leurs systèmes à travers neige.
 
Derek Walcott, poème pour Joseph Brodsky, retranscrit à partir d'un extrait du film Joseph Brodsky, poète russe, citoyen américain, de Christophe de Ponfilly et Victor Loupan (1989-LA SEPT). Traduction : Véronique Schiltz (?)
 

Photo : Derek Walcott, St.Lucia 1994 par Inge Morath

 
 
 
 

Partager cet article

Repost0

La camionnette

Publié le par Fred Pougeard

L'odeur d'un feu de bois infesté de cochonneries diverses
(mais qu'est-ce qui brûle ?) pénètre et puis stagne dans le wagon.
 
C'est l'année de la sécheresse : la Marne véhicule une mousse verte
qui devant les barrages s'accumule, plus dense que du gazon.
 
Le long de la voie ferrée deux cyclistes pédalent côte à côte,
suivis d'un long cordon de poussière tel qu'un troupeau de moutons.
 
On voit aussi des chevaux tout à fait émouvants qui broutent,
le cou délicatement allongé comme par un pinceau.
 
La terre—plate avec des couloirs et des enclos de verdure
ouvrant entre les saules de vieux confortables salons—
 
est rose sous le soleil bas luisant à travers une tenture
de brume soyeuse qui l'adoucit mais le laisse parfaitement rond.
 
En tout cas il descend toujours bien moins vite qu'il ne monte,
comme s'il regrettait tout à coup la terre qu'il éclaire, et
 
On a beau savoir que c'est elle qui tourne : ça ne compte
pas du tout. Pendant quelque temps le monde reste en arrêt.
 
Sauf au milieu des champs une minuscule camionnette jaune
qui éclate dans les nuances de pêche trop mûre du soir.
 
Elle fonce en cahotant parmi des maïs et des chaumes,
vers le zénith, ayant fait le plein de super et d'espoir.
 
Jacques Réda, Moyens de transport, avec des illustrations de l'auteur, Fata Morgana 2000
 
 
 
 

Partager cet article

Repost0

L'âme

Publié le par Fred Pougeard

L'âme :
   New-York est loin de l'île Maurice. —je nomme la distance.
   Naguère par bateau à voile, il fallait trois mois pour y aller. Aujourd'hui par l'avion ça prend trois jours. L'avion atomique nous y mènera en trois heures et telle fusée en trois minutes. 
   La radio fait mieux, elle nous y mène en un tiers de seconde. —Viendra un jour où la télévision nucléaire nous y mènera en un millième de seconde. —Nous marchons rapidement vers la vitesse du temps instantané, jusqu'à atteindre la vitesse même de l'espace. 
   Tu veux dépasser le temps instantané ? Sois sur le plan de l'âme.
 
Malcolm de Chazal, Science Magique dans La Vie derrière les choses, Editions de la Différence 1985
 
 
     

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>