Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Partant de là

Publié le par Fred Pougeard

L'œil augmenté de matériau inerte (horizon acrylique/silicone vallée)
puissant de l'implant —visionVSvoyance, en tréfonds
rétinien bruit de l'enfance elle aussi augmentée
 
je fais quoi
 
bâtonnet progestatif, vigie contraceptive —ventre libéré
du grand péril originel
mais because me poissons ne baisent plus, crapauds
chantent moins virils
 
je fais quoi
 
greffons capillaire, cochléaire, dentaire, mammaire, cœur
pacemaké, vulve excisée reconstruite-remodelée-alignée,
pas de lèvres qui dépassent—vous avez dit nympho-
plastie ?
 
je fais quoi
 
sang, cargo ivre de came, ballottant
pesticides organochlorés, PCB, retardateurs de flammes
bromés, phthalates et autres chimies perfluorées
 
je fais quoi
 
systèmes nerveux, digestifs, endocrinien, aristotélicien,
darwinien, newtonien, formel, combinatoire, arbitraire,
mécatronique, dynamique, éthique, du dehors à l'étant,
stellaire colonisé, décortiqué, atomisé
 
je fais quoi
 
4 à 6 watts pas à pas, biomasse, énergie fossile, renou-
velable, la force en action
L'énergie totale est la somme de l'énergie cinétique et de 
l'énergie potentielle, voyez-vous.
 
je fais quoi
 
je fais quoi
 
​​​​​​​Caïn suréquipé, homme avatar, hyperlié googlelisé, le 
​​​​​​​feu toujours, toujours vent et soleil et pluie, la lune et
les marées —Héraclite hydrolique, éolienne Don
Quichotte, pas à pas ma Rossinante, la cité de demain
— accroissement, expansion, révolution, répétition, crise,
récession/la comédie des sphères
 
et
 
désert qui avance, retour en forêt, tour d'ivoire, HLM,
ZEP, ZUP, périphérie, espace urbain déclassé ou aérien
protégé, interfaces et réseaux, frontières offensives, frappes
ciblées, dégâts collatéraux —se mettre au vert
 
je fais quoi je fais quoi du mystère, de l'élucidation, de
l'héritage, l'hérédité, la descendance, la transmission, la 
préservation
 
je fais quoi
 
la mort, l'infini, l'interminable
Dieu (azote liquide -196°C)
l'imposthume
Gilgamesh, le Cantiques des Cantiques, celui des Oiseaux,
les Lumières et les phares, les Dr Frankenstein, Moreau,
Folamour, l'ADN déchiffré réécrit, le Verbe asséché,
ceux qui n'entrent pas dans l'histoire
 
je fais quoi
 
ta peau ton cœur ton souffle, nervures, rhizomes réels
et fantasmés
nos mots étamines si abeilles décimées
 
biodiversité, l'insondable, l'indicible
 
je fais quoi
 
du Poème
 
Anne MulpasÉchophanies. Tarabuste Editeur 2017
 
 
 
 

Partager cet article

Repost0

La cité souterraine

Publié le par Fred Pougeard

Les mains en avant à travers la nuit
Nous sommes tous descendus dans une cité souterraine
qui n'en finit pas de s'étendre
et nous nous cherchons les uns les autres
à tâtons sans jamais nous retrouver.
 
Parfois à la lueur faible qui tombe d'en haut
par un puits ou par une faille dans la roche
nous apercevons une trace
une image détruite
un écrit presque illisible une empreinte de pas
et le cœur soudain rempli d'une joie enfantine
nous nous dirigeons de ce côté croyant comprendre le message
mais notre espérance est toujours déçue. 
 
Pourtant ceux que nous cherchons dans cette ville
​​​​​​​c'est eux qui nous avaient promis
de ne jamais nous abandonner :
ils nous avaient comblé les mains et la mémoire
de glorieux vestiges
de tous les dons qui ne s'achètent pas...
Nous avons tout gardé nous sommes fidèles
mais les parjures nous ont trahis
ils nous ont égarés dans le labyrinthe
sans nous laisser le plan ni le trajet ni la clé.
 
Ici nous tournons sur nous-mêmes sans fin
la poussière a recouvert nos trésors plus rien ne brille.
C'est à peine bientôt si nous saurons
nous souvenir des promontoires
d'où l'on embrassait d'un seul coup d'œil
les mers les forêts les collines avec leurs villages,
où tout le monde se retrouvait dans le bruyant cortège
le long des routes bondées de charrois
et dans les rues illuminées
pleines de cris d'enfants.
 
Gassin, 28 novembre 1972
 
 
 
LA FIN DU POÈME
 
C'est la fin du poème. Épaisseur et transparence, lumière et misère — les jeux sont faits.
​​​​​​​On avait commencé par la rime pour enfants. On avait cherché des ondes de choc dans d'autres rythmes. On avait gardé le silence, ensuite murmuré : on cherchait à se rapprocher du bruit que fait le cœur quand on s'endort ou du battement des portes quand le vent souffle. On croyait dire et on voulait se taire. Ou faire semblant de rire. On voulait surtout sortir de son corps, se répandre partout, grandir comme une ombre sur la montagne, sans se perdre, sans rien perdre. 
​​​​​​​Mais on avait compté sans la dispersion souveraine. Comment feindre et même oublier, quand nos débris sont jetés aux bêtes de l'espace, —qui sont, comme chacun sait, plus petites encore que tout ce qu'il est possible de concevoir. Le vertige secoue les miettes après le banquet.
 
Jean Tardieu, Formeries, 1976, dans L'Accent grave et l'accent aigu, Poèmes 1976-1983, Editions Gallimard. 
 
Illustration : Pol Bury, trois portraits ramollis de Jean Tardieu,
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost0

Dernier fragment

Publié le par Fred Pougeard

 

Et as-tu reçu ce que
tu voulais de cette vie, malgré cela ?
Oui.
Et que voulais-tu ?
Me dire bien-aimé, me sentir
bien aimé sur la Terre.
 
Raymond Carver, A New path to the waterfall (1989), Jusqu'à la cascade dans Poésie, traduit de l'anglais par Jacqueline Huet, Jean-Pierre Carasso et Emmanuel Moses. Editions de l'olivier 2015.
 

Partager cet article

Repost0