Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tant que les arbres s'enracineront dans la terre

Publié le par Fred Pougeard

terrassé par l'amoncellement des saisons blanches
je succomberai un jour
je le sais
 
mais il y aura quelque part un arbre
le même qui remue ses branches dans mes poèmes
un rônier aux feuilles roussies
dont la sève coulera à flots
 
je dormirai près de mes songes
l'enfance se dissoudra dans le brouillard matinal
l'âme suivra le piétinement d'un troupeau
une hirondelle s'envolera
rasant de près la concession familiale
la silhouette de ma mère surgira enfin des ténèbres
 
Alain Mabanckou, Tant que les arbres s'enracineront dans la terre, précédé de Lettre ouverte à ceux qui tuent la poésie Mémoire d'encrier 2007 (?)
 
 

Partager cet article

Repost0

Marqué par l'an quarante sept...

Publié le par Fred Pougeard

 
à Alexandre Soljenitsyne
 
 
Marqué par l'an quarante sept,
j'avale jusqu'à présent
la même fumée tourbillonnante
qui s'étend au bord
de mon pays
et de son arrière-front,
comme si le courant était encore branché
dans la toile d'araignée
pendue à la place de l'icône.
 
La mandarine délicieusement 
embaumait à l'orée de janvier.
Les mouettes des glaces du rivage
criaient à qui mieux mieux :
— Ne tombe pas ! à l'enfant
en bottes de feutre jusqu'aux genoux.
De l'autre côté de la rue,
juste en face de nous : des geôles.
 
Mais je n'en savais rien
enfourchant ma luge.
Le vent me sifflait aux oreilles
en guise de caresse paternelle.
Sur les rails au loin
vers les zones carcérales
en crissant roulaient
de sombres échelons.
 
Comme des mondes sous le gel,
je contemplais l'éclat craintif 
des guirlandes du sapin
et m'endormais heureux.
 
C'est pourquoi aujourd'hui
dans ma mémoire, mon cœur, mes veines
les disparus sont plus entiers
que les os dans une tombe.
 
1989
 
Iouri Koublanovski, Crépuscule d'impressionniste. Traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs. Préface de Georges Nivat. "les passeurs d'Inuit", In'hui/Le Castor Astral 2018
 
 

 

Partager cet article

Repost0

Monologue/Magánbeszéd

Publié le par Fred Pougeard

J’ai aimé la vie. Celle qui palpite,

celle qui court, qui vole au rythme du sang.

Et j’ai fait collecte de coeurs, de chères

têtes languissantes, de mains bénies

aux veines bleues de bons vieillards, d’yeux d’enfant

enchanteurs aux cils drus.

Maintenant, naturellement, je vocifère

en battant furieusement de mes mains vides.

Qu’ai-je fait, collectionneur dément,

homme d’affaires malencontreux, raté,

butor ambitieux, qu’ai-je fait ?

Que n’ai-je fait collecte de pierres

sans coeur et rudes, entassé des minerais

de fer grossier : tous maintenant resteraient là

à veiller ma vie diminuante d’une grimace froide

comme son or épie un avare.

Mais j’ai perdu la raison pour ce qui se perd,

Mais j’ai adoré tout ce qui tombe en morceaux,

qui se gâte plus vite que les framboises ou les poissons.

 

 

*

 

Az életet szerettem. Azt, ami lüktet,

azt, ami vágtat a vér rohamán.

És sziveket gyüjtöttem. Elhanyatló,

kedves főket, jó aggok kékerű,

áldott kezét, kisgyermekek csodás,

seprős-pillájú, büvös szemeit.

Mostan természetesen kiabálok,

izgága dühvel csapkodom üres

kezem. Jaj, jaj én eszelős

gyüjtő, felsült, rossz üzletember,

nagyralátó fajankó, mit miveltem?

Gyüjtöttem volna inkább szivtelen,

durva követ, goromba vasércet

halomra rakva, mind-mind itt maradna

vigyázva elfogyó életem hideg

vigyorral, mint zsugorit az arany.

De megvesztem azért, ami elveszendő,

imádtam én a legtöbbet, ami széthull

s romlandóbb, mint a málna, vagy a hal.

 

Dezső Kosztolányi, dans Anthologie de la poésie hongroise, traductions de Jean Hankiss, Leoplod Molnos-Müller, Edith Kubek, Eugène Bencze, François Gachot, Alesandre Terey. Editions Sagittaire 1936.

 

Merci à l'auteur de ce fabuleux blog, Beauty will save the world, https://schabrieres.wordpress.com/, pour cette rareté et magnifique découverte.

Partager cet article

Repost0

Divagation à Veracruz

Publié le par Fred Pougeard

Où s’est-elle enfuie la tendresse demanda-t-il

au miroir de Baltimore Hôte, chambre 216

Hélas son reflet peut-il lui aussi se pencher sur la glace

se demandant où je suis parti vers quelles horreurs ?

Est-ce elle qui maintenant me regarde avec terreur

inclinée derrière votre fragile obstacle ? La tendresse

se trouvait là, dans cette chambre même, à cet endroit même

sa forme vue, ses cris par vous entendus.

Quelle erreur est-ce là, suis-je cette image couperosée ?

Est-ce là le spectre de l’amour que vous avez reflété ?

Avec maintenant tout cet arrière plan

de téquila, mégots, cols sales, perborate de soude

et une page griffonnée à la mémoire de ceux-là

qui sont morts, le téléphone décroché.

De rage il fracassa toute cette glace de la chambre.

                                    (Coût 50 dollars)

 

Malcolm Lowry, Poèmes inédits. traduction Jean Follain. Les Lettres Nouvelles, numéro spécial, mai-juin 1974 p.226.

Partager cet article

Repost0