Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Abattage

Publié le par Fred Pougeard

     
                                                     Cherchez, cherchez, oiseaux             
                                                                                    Jules Supervielle
 
L'arbre se changea en main qui chasse des nuages
inutilement tendue vers la lumière au loin ;
sur ses doigts se promenaient de minutieux lézards
qui guettaient entre les feuilles un souvenir obscur.
 
Des haches l'abattirent, on lui ouvrit la poitrine
à l'aide de crochets, rengaines et paumes baveuses ;
le faîte reposait son oreille sur le sol
enrobé dans sa pluie de grenouilles violacées.
 
Tombèrent le pin, l'ombú, le mauve eucalyptus,
le peuplier de lait et le saule de douleur.
On les passait la nuit par la scie ou la hache
pour tromper les oiseaux et recenser le bois.
 
(Les papillons inlassables dans les creux de l'air
de tous côtés cherchaient l'emplacement des feuilles ;
le criquet égaré déambula longtemps
et les oiseaux nichèrent dans l'image disparue.)
 
Julio Cortázar, Salvo el crepúsculo (1984) Crépuscule d'Automne. Traduit de l'espagnol (Argentine) par Silvia Baron Supervielle, Editions José Corti, collection ibérique 2010
 

Sur la photo : Julio Cortázar et sa compagne Carol Dunlop

Partager cet article

Repost0

Poème en ligne droite

Publié le par Fred Pougeard

Je n’ai jamais connu personne qui se soit fait rosser.
Tous ceux que je connais ont été champions en toute chose.

Et moi, si souvent bas, si souvent porc, si souvent vil,
moi, tant de fois si inexorablement parasite,
inexcusablement sale,
moi, qui tant de fois n’ai pas eu la patience de prendre un bain,
moi, qui tant de fois ai été ridicule, absurde,
qui me suis tant de fois entortillé les pieds dans les tapis de l’étiquette ;
qui ai été grotesque, mesquin, soumis et arrogant,
qui ai subi des affronts et me suis tu,
qui, lorsque je ne me suis pas tu, ai été encore plus ridicule ;
moi, dont les bonnes d’hôtel se sont gaussées ;
moi, qui ai senti les clignements d’yeux des portefaix,
moi, qui me suis adonné à de basses manœuvres financières, qui ai emprunté sans rembourser,
moi qui, venue l’heure du coup de poing, ai esquivé
toute possibilité de coup de poing ;
moi, qui ai souffert l’angoisse des petites choses ridicules,
je constate qu’en tout cela je n’ai pas de pair en ce monde.

Tous les gens que je connais et qui m’adressent la parole
n’ont jamais commis un acte ridicule, n’ont jamais subi d’affront,
n’ont été que des princes — princes tous et chacun — dans la vie…

Que ne puis-je entendre de quelqu’un la voix humaine
confesser, non un péché, mais une infamie ;
conter, non une violence, mais une lâcheté !
Non, ils sont tous l’Idéal, à les entendre me parler.
Qui y a-t-il en ce vaste monde qui m’avoue avoir été vil une fois ?

Ô princes, mes frères,
j’en ai par-dessus la tête de demi-dieux !
Où donc y a-t-il des gens moyens en ce monde ?

Je suis donc seul à être vil et dans l’erreur sur cette terre ?

Les femmes auront pu ne pas les aimer,
ils auront pu être trahis — mais ridicules, jamais !
Et moi, qui ai été ridicule sans avoir été trahi,
comment saurais-je parler à mes supérieurs sans bégayer ?
Moi qui ai été vil, littéralement vil,
vil au sens mesquin et infâme de la vilenie.

Fernando PessoaPoésies d’Alvaro de Campostraduit du portugais par Armand Guibert. Editions Gallimard 1968

Partager cet article

Repost0

Le Cap Kyoga

Publié le par Fred Pougeard

Au bout du cap, au bout de tout,
il y a ce temple shinto encadré par la pluie
lourdes solives de châtaignier
dont les veines épuisées
absorbent encore une fois l'averse
travail de charpente comme on n'en fait plus ?
si vous voulez !
beau, pour ceux qui l'ont fait peut-être
le temps de s'essuyer le front
mais pour moi ? brouillon, phraseur, touriste
et si affamé tout de même.
 
Vieillard à moitié nu
assis sur la dernière marche
qui m'adresse un regard vert
à travers sa tignasse d'étoupe
spectacle intéressant sans doute
baisse les paupières vieil homme !
toi et tes réponses venez trop tard ou trop tôt
la saison des récoltes est passée
l'espace hivernal et sa peur m'occupent entièrement
c'est à la neige et à l'absence
que je mendie à présent ma chaleur.
 
orties et poussière
cabanes usées par le vent et la mer
jusqu'où -je vous le demande-
faut-il aller traîner encore
ce moi qui voudrait tant grandir.
 
Tango-Hanto
septembre 1964
 
Nicolas Bouvier, Le dehors et le dedans, Editions Bertil Gaillard 1982 (première édition). Editions Zoé 1997 (quatrième édition)
 

Partager cet article

Repost0

Dans l'attente de la vieillesse

Publié le par Fred Pougeard

Je descendrai à pied jusqu'à une marina
par un jour de canicule et ne sortirai pas en mer.
 
J'irai au lit et me lèverai de bonne heure,
et j'aurai trop d'espèces dans mon portefeuille.
 
Pour la journée du souvenir j'irai m'incliner sur les tombes
de tous ceux qui sont morts en héros dans mes romans.
 
Si d'aventure je suis célèbre je porterai un uniforme vert
de concierge et je ramerai dans un bateau en bois.
 
D'un anneau à ma ceinture pendront
trente-trois clefs qui n'ouvrent pas les portes.
 
Peut-être emmènerai-je tous mes petits-enfants à
Disneyland en camping-car, mais peut-être pas tout de même
 
Un jour debout dans une rivière avec mon lancer léger
j'aurai le courage d'accepter mon existence.
 
Dans l'unique pièce d'une cabane la nuit, je confierai
photos et toute tentative de souvenir au feu.
 
Et vous mes amours, pour aussi peu qu'il y en ait eu,
étendons-nous faussement pour dire qu'il n'en eu pu jamais être autrement.
 
Alors : nous pourrons peut-être nous esquiver en paix,
en ne hurlant pas comme des orphelins dans ce siècle interminable de guerre.
 
*
 
I will walk down to a marina
on a hot day and not go out to sea.
 
I will go to bed and get up early,
and carry to much cash in my wallet.
 
On Memorial Day I will visit the graves
of all those who died in my novels.
 
If I had become famous I'll wear a green
janitor's suit and row a ooden boat.
 
From a key ring on my belt will hang
thirty-three keys that open no doors. 
 
Perhaps I'll take all of my grandchildren
to Disneyland in a camper but probably not.
 
One day standing in a river with my flyrod
I'll have the courage to admit my life.
 
In a one-room cabin at night I'll consign
photos, all tentative memories to the fire.
 
And you my loves, few as there have been, let's lie
and say it could never have been otherwise.
 
So that : we may glide off in peace, not howling
like orphans in this endless century of war.
 
Jim Harrison, Théorie et pratique des rivières. Traduit de l'américain par Pierre-François Gorse. Editions L'incertain 1994.

Partager cet article

Repost0

Ya no/Déjà pas

Publié le par Fred Pougeard

Déjà plus

déjà pas

nous ne vivrons pas ensemble

je n'élèverai pas ton enfant

ne coudrai pas tes vêtements

ne te possèderai pas la nuit

ne t'embrasserai pas en partant

tu ne sauras jamais qui j'étais

pourquoi d'autres m'aimeront.

Je ne réussirai pas à savoir

pourquoi ni comment jamais

ni si c'était pour de vrai

ce que tu disais qu'il y avait

ni qui tu étais

ni ce que j'étais pour toi

ni comment cela aurait été

de vivre ensemble

de nous aimer

de nous attendre

d'être.

Désormais je ne suis plus que moi

pour toujours et toi

désormais

tu ne seras pour moi

pas plus que toi. Déjà tu n'es plus

d'un jour à venir

je ne saurais pas où tu vis

avec qui

ni si tu te souviens.

Tu ne m'embrasseras plus

comme cette nuit

jamais.

je ne reviendrai pas te toucher.

Je ne te verrai pas mourir.

 

*

Ya no será

Ya no

no viviremos juntos

no criaré a tu hijo

no coseré tu ropa

no te tendré de noche

no te besaré al irme

nunca sabrás quién fui

por qué me amaron otros.

No llegaré a saber

por qué ni cómo nunca

ni si era de verdad

lo que dijiste que era

ni quién fuiste

ni qué fui para ti

ni cómo hubiera sido

vivir juntos

querernos

esperarnos

estar.

Ya no soy más que yo

para siempre y tú

ya

no serás para mí

más que tú. Ya no estás

en un día futuro

no sabré donde vives

con quién

ni si te acuerdas.

No me abrazarás nunca

como esa noche

nunca.

No volveré a tocarte.

No té veré a morir.

 

(1958)

 

Idea Vilariño, Ultime Anthologie. traduction de l'espagnol (Uruguay) et postface par Eric Sarner. Avant-propos, Olivier galon. Editions La Barque 2017

 

Photo : Michel Sïma

 

Partager cet article

Repost0

Nous n'atteindrons pas notre fin....

Publié le par Fred Pougeard

Nous n'atteindrons pas notre fin
par les livres ou le confort
par les aqueducs tranquilles
par le tonnerre
par les croisades
par les statuts du parti
par la rouille des arquebuses
par la bataille d'idées
par le grincement des tables de la loi,
nous ne l'atteindrons
ni par la blessure du Christ
ni par la croix
                        ni par les icônes
ni même par les temples en ruines
ou par le cri des oiseaux
mais par le feu de Prométhée
qui tremble dans la tempête
et survit incorruptible
dans le gourdin de Diogène.
 
Joseph Brodsky, Collines et autres poèmes. Traduit du russe par Jean-Jacques Marie. préface de Pierre Emmanuel. Editions du Seuil 1966
            
 
Photo : Joseph Brodsky (à gauche) avec le danseur Mikhail Baryshnikov
 

Partager cet article

Repost0

Vous n'êtes pas seul à connaître...

Publié le par Fred Pougeard

 

6
 
Vous n'êtes pas seul à connaître le supplice des heures obscures,
La nuit a aussi fait planer son obscurité sur moi,
Mes plus grands succès m'apparaissant nuls et spécieux,
La pauvreté de mes soi-disant grandes pensées me tourmentant !
Non plus que vous seriez seul à connaître intimement la méchanceté,
Je sais d'expérience ce que c'est que d'avoir fait soi-même le mal,
d'avoir de ses propres mains noué le destin tristement inextricable,
D'avoir trahi, eu honte, pris ombrage, menti, volé, tenu grief,
Rusé, détesté, convoité, brûlé d'envies innommables,
Été désinvolte, vain, avare, creux, fourbe, couard, vicieux,
Loup, serpent, porc abondant familièrement en moi,
Fausseté du regard, irresponsabilité du langage, désirs adultères rivalisant à qui mieux mieux en moi,
Dénis, haines, prévarications, mesquineries, paresse faisant florès en moi,
N'étant jamais autre que les autres, partageant leur vie, leur destin,
M'entendant apostropher de mon prénom, à voix retentissante et claire par les jeunes gens à mon approche dans la rue,
Tolérant, à mon arrêt, leurs bras autour de mes épaules comme, à table, la pression innocente de leurs corps contre moi,
Croisant tant de personnes aimables, dehors, sur le bac, dans les réunions publiques, à qui ne pouvoir adresser la parole,
Vivant ma vie commune, riant mon rire commun, mangeant chichement, dormant tout comme un autre,
tenant rôle guère éloigné de celui de l'acteur ou de l'actrice,
Ce bon vieux rôle qui sera comme nous décidons qu'il soit, grand si cela nous chante,
Petit si nous aimons mieux, ou bien les deux à la fois.
 
Walt Whitman, Crossing Brooklyn Ferry, 1856 dans Leaves of grass, Feuilles d'herbe. traduction Jacques Darras. Grasset 1989

Partager cet article

Repost0