Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Enigma/Enigme

Publié le par Fred Pougeard

Ingeborg Bachmann avec Hans Werner Henze en 1952
Pour Hans Werner Henze en souvenir du temps des Ariosi (1)
 
Plus rien ne viendra (2)
 
Il n'y aura plus jamais de printemps.
Des calendriers millénaires le prédisent à chacun.
 
Mais l'été aussi et tout ce qui s'ensuit et porte des noms si bons
comme "estival"-
cela ne viendra plus
 
Tu ne dois pas pleurer (3)
dit une musique.
 
Sinon
personne
ne dit
rien
 
*
 
Nichts mehr wird kommen
 
Frühling wird nicht mehr werden.
Tausendjährige Kalender sagen es jedem voraus.
 
Aber auch Sommer und weiterhin, was so gute Namen
wie "sommerlich" hat -
es wird nichts mehr kommen.
 
Du sollst ja nicht weinen,
sagt eine Musik.
 
Sonst
sagt
niemand
etwas.


Ingeborg Bachmann, Poèmes 1964-1967, dans Toute personne qui tombe a des ailes, traduction de l'allemand (Autriche) par Françoise Rétif. Editions Gallimard 2015

(1) Ariosi (1963) sur des poèmes de Tasse, du compositeur Hans Werner Henze (1926-2012)
(2) citation extraite d'un des Altenberg Lieder d'Alban Berg (1885-1935)
Rien n'est venu, rien ne viendra pour mon âme --
J'ai attendu, attendu, oh -- attendu !
Les jours s'écouleront lentement,
Et en vain ma chevelure blonde, soyeuse, flotte autour de mon visage pâle !
(3) Allusion au choeur final de la 2e symphonie"Résurrection" de Gustav Mahler (1860-1911) : Ce qui est né doit disparaître ! Ce qui a disparu doit renaître ! Arrête de trembler ! Prépare-toi à vivre !
 
 
 

Partager cet article

Repost 0

Poème qui se termine par une mort/Poem ended by a death

Publié le par Fred Pougeard

Ils laveront sur toi tous mes baisers, effaceront mes marques
et mes pleurs -je pleurais plus facilement
lors de cette folle vie toute pimentée -et les taches plus heureuses,
fines écailles de papier de soie... Il est merdique ce début
de pacotille, et faux en plus - toutes les traces de ce genre 
tu les as toi-même poncées, il y a des années de cela
quand tu m'as renvoyé mes lettres, la semaine où j'ai épousé
ce singe anecdotique. Donc je recommence. Donc : 
 
Ils ôteront les tubes, les goutte-à-goutte, les pansements 
que je censure dans mes rêves. Ils ne manqueront pas, c'est vrai
de te laver ; et ils te déposeront dans une boîte.
Après quoi tout ce qu'ils pourront faire d'autre
n'aura pas d'importance. C'est ça, mon style laconique.
Tu le louais, tout comme je louais la complexité
de tes broderies perlées ; ces liens nous entrelaçaient,
mailles endroit, mailles envers tissées sur la charpente de l'univers...
 
*
 
They will wash all my kisses and fingerprints off you
and my tearstains -I was more inclined to weep
in those wild-garlicky silk... Fuck that for a cheap
opener ; and false too -any such traces
you pumiced away yourself, those years ago
when you sent my letters back, in the week I married
that anecdotal ape. So start again. So :
 
They will remove the tubes and drips and dressing
which I censor from my dreams. They will, it is true,
wash you ; and they will put you into a box.
After which whatever else they may do
won't matter. This is my laconic style.
You praised it, as I praised your intricate pearled
embroideries ; these links laced us together,
plain and purl across the ribs of the world...
 
Fleur Adcock, The Inner Harbour, Le port intérieur (1979), dans Anthologie bilingue de la poésie anglaise, Trad divers, Collections La Pleïade, Editions Gallimard 2005

Partager cet article

Repost 0

Mers noires

Publié le par Fred Pougeard

I

Nous voici les darses d'un port abandonné où l'on ne charge plus ni vivres ni épices
 
Où ne carène aucun hornier, où aucune vergue ne repose les mouettes
 
Auprès d'une mer inutile,
 
Poétesse de personne. 
 
 
III
 
Le jour pèse aux navires à quai, car ils aimaient partir bien avant l'aube pêcher des éclairs dans les courants.
 
On fréquente des carènes et des écoutes, on croit fort au parcours sans raideur des flots et des insolentes rayures méridiennes. 
 
Elargir, agrandir des recoins de bras et des commissures de lèvres balbutiant des couleurs, des âges de minutes sans lendemains, de langues mortes et de stèles détruites. 
 
Sur le brisant, au centre de l'activité marine. 
 
Les marins n'ont d'autres cartes que leur reflet dans l'eau.
 
Le vent de la fureur du vent. Accoster n'est qu'une solution provisoire où on se trouve seul avec le prix, la coupe qu'on remettra au vainqueur pour la largeur de ses voiles.
 
Son grand âge et son élégance entre les rochers, là où parviennent peu d'avirons.
 
Sa stupeur d'embruns.
 
Pour rejoindre les trésors de jadis ; les vignes de légende, les monstres de proue font fuir les sauvages.
 
Combler l'océan, fendre l'écume pour la vaincre et enfin reposer sur la grève. 
 
Un soupir pour un livre sans pages, une vague sans mesure.
 
Un quatrain sans hauteur où peu d'oiseaux survivent.
 
 
 
VIII
 
De tous les mensonges une nouvelle surface, un livre de pluie quand revient l'hiver sans qu'on s'en aperçoive
 
On pensait que la guerre était un insecte d'été, une mouche dans un oeil vide
 
Mais elle sait revenir sous la pluie et percer les nuages d'éclairs rouges
 
Crever les montagnes écorcer des arbres sans feuille
 
Violer l'impeccabilité de la neige sur les sommets
 
Silence et respect, camarades, pour la morte saison morte
 
Silence vitrifié
 
Respect d'hiver.
 
Mathias Enard, Dernière communication à la société proustienne de Barcelone, Editions Inculte/dernière marge 2016
 
 
 

Partager cet article

Repost 0

Restes

Publié le par Fred Pougeard

tout va bien puisque je ne suis pas encore mort
et les rats s'activent entre les canettes de bière, 
les sacs en papier s'emmêlent comme des petits chiens, 
et ses photographies sont collées sur une peinture
à coté d'un Allemand mort et elle aussi est morte
et il m'a fallu 14 ans pour la connaitre
et s'ils me donnent 14 années de plus
je la connaitrai encore mieux...
ses photos collées sur le verre
ne bougent ni ne parlent, 
mais j'ai quand même un enregistrement de sa voix, 
et elle parle certains soirs,
de nouveau elle-même
si réelle qu'elle rit
qu'elle dit les milliers de choses, 
la seule chose que j'ai toujours ignorée, 
qui ne me quittera plus :
j'ai eu l'amour
et l'amour est mort ;
une photo et un morceau de scotch
ne sont pas grand-chose, ai-je appris sur le tard, 
mais donnez-moi 14 jours ou 14 années, 
je tuerai tout homme
qui osera toucher ou prendre
ce qui reste.

 
Charles Bukowski, The days run away like wild horses over the hills (Les jours s'en vont comme des chevaux sauvages dans les collines, 1969). Traduction Thierry Beauchamp. Editions du Rocher 2008

Partager cet article

Repost 0

La Voix de son maître/Perturbé ce matin

Publié le par Fred Pougeard

La Voix de son maître

 
Après avoir écouté du Mozart
(et c'était souvent)
Par les hauts et les bas
Du Mont Baldy*
Je portais
Toujours un piano
Et je ne parle pas
D'un clavier
Je parle d'un piano à queue
Grand Modèle
En ciment
Maintenant que j'agonise
Je ne regrette pas 
Un seul pas
 
*Monastère Zen californien fondé par Roshdi en 1971. Leonard Cohen y a séjourné pendant 5 ans et l'a quitté en 1999.
 
Perturbé ce matin
 
Ah ! C'est ça.
C'est ça qui m'a perturbé
tant ce matin :
le désir m'est revenu
et j'ai de nouveau envie de toi.
Je m'en sortais si bien,
j'étais au-dessus de tout ça.
Garçons et filles étaient beaux
et j'étais un vieil homme qui aime tout le monde.
Et voilà que j'ai de nouveau envie de toi,
j'ai envie de ton attention absolue,
de tes dessous roulés en hâte
encore accrochés à l'un de tes pieds
et de n'avoir rien à l'esprit
que d'être au-dedans
du seul endroit qui n'a
ni dedans,
ni dehors.
 
Leonard Cohen, Book of Longing (Le Livre du désir), poèmes. Traduit de l'anglais par Jean-Dominique Brierre et Jacques Vassal. Mc Clelland &Stewart Ldt 2006, Editions Le Cherche Midi 2008
 
 
 

Partager cet article

Repost 0

Epigramme. Au Prince/Al Principe

Publié le par Fred Pougeard

Pasolini et son jeune amant, Ninetto DSavoli

 

 
Si le soleil revient, si le soir descend
si la nuit a un goût de nuits à venir,
si un après-midi pluvieux semble revenir
d'époques trop aimées et jamais entièrement obtenues,
je ne suis plus heureux, ni d'en jouir, ni d'en souffrir ;
je ne sens plus, devant moi, la vie entière...
Pour être poètes, il faut avoir beaucoup de temps ;
des heures et des heures de solitude sont la seule
façon pour que quelque chose se forme, force,
abandon, vice, liberté, pour donner du style au chaos.
Moi, je n'ai plus guère de temps : à cause de la mort
qui approche, au crépuscule de la jeunesse.
Mais à cause aussi de notre monde humain,
qui vole le pain aux pauvres et la paix aux poètes.
 
*
Se torna il sole, se discende la sera,
se la notte ha un sapore di notti future,
se un pomeriggio di pioggia sembra tornare
da tempi troppo amati e mai avuti del tutto,
io non sono più felice, né di goderne  né di soffrire :
non sento più, davanti a me, tutta la vita...
Per essere poeti, bisogna avere molto tempo :
ore e ore di solitudine sono il solo modo
perché si formi qualcosa, che è forza, abbandono,
vizio, libertà, per dare stile al caos.
Io tempo ormai ne ho poco : per colpa della morte
che viene avanti, al tramonto della gioventù.
Ma per colpa anche di questo nostro mundo umano
che ai poverti toglie il pane, ai poeti la pace.
 
Pier Paolo Pasolini, La religione de mio tempo (La religion de mon temps) dans La Persécution, poèmes choisis, présentés et traduits de l'italien par René de Ceccatty. Editions du Seuil 2014

 

Partager cet article

Repost 0

Après Ikkyu (extraits)

Publié le par Fred Pougeard

Photograph from CSU Archives / Everett

 

18
Mon zabuton est aussi le lit de ma chienne. Rose y dort,
mu jusqu'au bout des poils. Je l'ai aperçue
au clair de lune ; mince silhouette blanche lovée
sur le coussin vert, frémissant de rêves de caille.
Elle me repère, ouvre un œil, bouge la queue. Se rendort.
Lorsqu'elle s'éveille, elle est si vive que j'ai honte
de ma propre danse tiède, d'heures trop longues devant l'âtre.
 
25
Parlé au Dieu des Hôtes de la situation des Indiens 
d'Amérique il a dit que cest seulement une question de temps, 
que, faible consolation peut-être, les esprits nous ont déjà presque
noyés ans la laideur que nous sommes devenus,
qu'il reste quelques clairières difficiles d'accès
où des ours mi-humains dansent en cercle imparfaits.
 
28
Lin-Chi affirme que d'avoir jeté sa tête aux orties il y a si
longtemps, on continue sans cesse de la rechercher là
où elle n'est pas. L'avenir d'une tête se lit dans une pelletée
de poussière. La fille délicieuse que j'ai aimée voilà quarante ans
pèse maintenant, selon les nécrologues, 13,6 kilos net.
Pourquoi nage-t-elle encore dans l'eau folle du méandre ?
 
34
C'est au sixième siècle que les chrétiens 
voulurent que les bêtes ne soient pas acceptées au royaume des cieux. 
Sabots, ailes et pattes ne savent pas mettre d'argent sur le plateau de la quête.
Leurs cervelles pleines de merde, ces cinglés ont exclus nos animaux aimés.
Théologiens, comptables, la même chose vraiment, clique unique
des évangélistes de la télé, autant de virus planqués.
 
39
A la prochaine mensualité, je vous livrerai Crazy Horse et Anne Frank, 
leurs conversations rapportées par Matthieu, l'évangéliste célèbre
qui avait coutume, comme tous les autres scribes, d'y mettre un peu sa prose.
Dieu est dur. L'écriture correcte de la terre pourrait être entreprise
sur un bristol moyen, si nous n'étions pas ivres de notre propre sang. 
 
Jim Harrison, L'Éclipse de lune de Davenport et autres poèmes (Edition bilingue) After Ikkyu and Other Poems (1996) Traduit de l'américain par Jean-Luc Piningre. Editions La Table Ronde 2016
 
 

Partager cet article

Repost 0

Lettre à Curzio Malaparte

Publié le par Fred Pougeard

(...) Il fallait donc que je monte, un jour, avant la paresse de l'âge, les douleurs, le souffle court, à ce Spazzavento -où le vent balayeur de nuages est la seule musique qui accompagne ton silence, comme la houle océane en d'autre promontoire le fait pour notre Enchanteur breton -et ce jour-là il pleuvait sur Prato. Le route de Figline à Schignano, proche des rives du Bisenzio, ne fut qu'un jeu mais j'ignorais la suite. Du cul-de-sac où fut laissée la voiture, la montée à pied sous l'averse, avec terre glissante et cailloux cirés de pluie, pistes douteuses, se fit sévère. Fallait-il encore gravir cette colline où tu n'étais pas ? Serait-ce la prochaine ? Ce sentier n'était peut-être qu'une chausse-trappe ? Et voici qu'une autre pente, parmi les cistes, les taillis de lentisques ou d'alaternes, les réseaux barbelés d'églantines, les dérapages épuisants, nous imposait une question qui devint idée fixe : 2,10,20 kilomètres encore ? Personne pour nous le dire, désarmer notre volonté ou renforcer notre acharnement. Personne pour entendre un appel si quelque chute survenait, fatale, irrémédiable. Nous étions hors de tout dans cette ascension têtue. Après ce sommet, y avait-il un autre sommet ? Où étais-tu, au nadir de quelle altitude ? Nous montions pourtant, patinant, nous raccrochant aux cades, aux chênes verts et le cri d'un geai, comme un défi moqueur, marquait la dérision de tant d'efforts pour atteindre un mirage, peut-être. Et l'accablement de cette pluie fine, insinuante, qui nous chantait la complainte du renoncement, de la descente bredouille, et le vent balayant des nuages bas pour en appeler d'autres, et moi priant : "Il faut que je le trouve car je ne reviendrai pas."Et la pluie imparable, le vent affolant les branches, courbant les cyprès comme des arcs, le ciel d'étain, l'eau creusant les sentiers, nos souliers embourbés, nos vêtements souillés, mais tendus de la tête aux pieds vers le terme qui ne pouvait que se montrer - et quand ? - au dernier mètre de l'extrême pointe du Spazzavento, et le soir qui tombait avec la pluie, nous faisant craindre les périls du retour et que tu ne saches jamais que j'étais venu te saluer sur ton belvédère... Et voici, voici qu'au seuil de l'abandon, tu apparus au coeur de la brouée, ce 17 avril 1998, année de ton centenaire.

"Mon Dieu, d'où sortez-vous"?, nous demanda une dame de Prato, tandis que nous marchions à travers la ville, crottés, mais l'oeil vainqueur.

"Du Spazzavento, du mausolée de Malaparte" !

Je ne te dirai pas ce que je lus dans son regard.

Frédéric-Jacques Temple Lettre à Curzio Malaparte, Editions Jacques Brémond, 2000

Partager cet article

Repost 0

Une lettre de Descartes sur "la verdeur d'un bois, les couleurs d'une fleur, le vol d'un oiseau".

Publié le par Fred Pougeard

Dans une lettre à la reine Elisabeth*, Descartes estime "qu'il faut entièrement se délivrer l'esprit de toutes sortes de pensées tristes, et même aussi de toutes sortes de méditations sérieuses touchant les sciences, et ne s'occuper à imiter que ceux qui, en regardant la verdeur d'un bois, les couleurs d'une fleur, le vol d'un oiseau, et telles choses qui ne requièrent aucune attention, se persuadent qu'ils ne pensent à rien. Ce n'est pas perdre le temps mais le bien employer."

Au début de ce texte apparaît le thème, inattendu chez Descartes, d'une affinité complice entre les pensées tristes et les "méditations sérieuses touchant les sciences". À la fin du texte figure aussi, comme à la dérobée, le grand thème de la perte de temps qui sera le ressort romanesque de Proust avec celui, corollaire, de la paresse, puisque le temps perdu n'est pas le temps passé mais le temps qu'on perd, avec cette question inquiète : perd-on son temps à perdre du temps ? La réponse de Descartes est négative, et c'est à cette conclusion heureuse que mène aussi le récit proustien, dont Antoine Compagnon a pu dire qu'il était l'un des seuls romans modernes qui finissent bien. Lire un texte comme celui-ci est toujours émouvant, non seulement parce qu'il me rappelle l'accent rocailleux de Ferdinand Alquié prononçant ses cours sur Descartes, et les grands textes oubliés de Roger Laporte, mais parce qu'il énonce avec force, et non pas comme une suggestion ou une hypothèse, que le relâchement apparent de l'attention est un surcroît d'attention, de sorte que la contemplation du vol d'un oiseau , si distraite soit-elle, restitue à celui qui s'y donne quelque chose d'une incarnation perdue, que Descartes appelle l'union substantielle de l'âme et du corps.

Matthieu de Boisséson, Défoncer la cage, Editions Gallimard 2016

*René Descartes, Lettre à Elisabeth, mai ou juin 1645, dans Oeuvres philosophiques Tome III, édition de Ferdinand Alquié Editions Classiques Garnier, Textes de Philosophie, 2010, p 573.
 

Partager cet article

Repost 0

J'ai mis longtemps à comprendre ce que signifie l'humilité...

Publié le par Fred Pougeard

J'ai mis longtemps à comprendre ce que signifie l'humilité et la faute est à ceux qui nous ont appris à la situer à l'opposé de l'orgueil. Tu dois apprivoiser l'idée de l'existence en toi pour la comprendre.

Un jour où je me sentais abandonné de toute part et qu'une grande tristesse s'était lentement emparée de mon âme, je cheminais, et là dans les champs sans rémission, voici une branche d'un buisson inconnu. Je la coupai et la portai à mes lèvres. A cet instant j'ai compris que l'être humain est innocent. Je l'ai lu si intensément dans ce parfum âcre de vérité, que je me suis engagé sur la route d'un pas léger et avec un coeur de missionnaire. Jusqu'au moment où j'ai pris profondément conscience que toutes les religions mentent.

Non le Paradis n'était pas une nostalgie. Encore moins une récompense. C'était un droit.

Odysseas Elytis, Le petit navigateur (1985) dans Le Soleil sait, une anthologie vagabonde, traduit du grec par Angélique Ionatos. Editions Cheyne 2015

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>