Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est ça l'amour

Publié le par Fred Pougeard

ordinaire au possible
on s'échine
perclus de soucis
on rit de ce qu'on peut
on pleure de ce qu'on doit
on se plaît
on se déteste sans trop savoir pourquoi
c'est ça l'amour
 
gamin on est frappé par son père et une fois marié on 
frappe sa femme
on fait croire qu'on est heureux dans la maison du 
malheur
et finalement on préfère rester seul dans son coin
on ne comprend pas tout et de loin
et l'on se suicide par ennui
c'est ça l'amour
 
on a des amis qui ne nous aiment pas
on prend des cours de télépilotage
on se fabrique une arme de rue avec du papier journal
et on aimerait être emporté par les oiseaux oh que oui
​​​​​​​on aimerait tant être emporté par les oiseaux
c'est ça l'amour
 
et les saisons se succèdent
et les générations se succèdent
et les obsessions se dissolvent
et les souvenirs se dissolvent
et certains animaux poussent des cris de bébé
tandis que certains fantômes font les soldes
​​​​​​​et les vieilles cicatrices expliquent ce que nous sommes
et de vieux politiciens le clament haut et fort
​​​​​​​qu'il n'y qu'un seul camp
le leur
c'est ça l'amour
 
le soleil visiblement nous en veut à mort et l'océan que
nous contemplons est un mausolée où flottent mille 
milliards de possibilités
et déjà la nuit arrive qui ne rafraîchit rien et déjà la nuit
arrive
d'une manière ou d'une autre il faut que tout cela se
finisse
c'est ça l'amour
 
 
ROSELIERES
 
Tous autant qu'ils sont
les animaux de l'étang sont des vœux exaucés et bam
il n'y a plus d'orgueil
il n'y a plus de drame
il n'y a plus de cris muets à lancer face au néant invincible
ni de lettres d'amour avec laquelle déclencher un départ
de feu
 
​​​​​​​le long des roselières et anciens marais salants la
lumière orange me remplit d'un langage secret
jamais souffle n'a été aussi paisiblement coupé tandis
que paisiblement tu t'assois sur mon visage
 
Heptanes Fraxion, Ni chagrin d'amour ni combat de reptiles, éditions Aux Cailloux des Chemins 2022
Partager cet article
Repost0

Le Héros de la Manche

Publié le par Fred Pougeard

Frappe à la cuirasse de Don Quichotte
et demande : Es-tu encore là-dedans, mon vieux
est-ce qu'ils gardent la porte fermée la visière
baissée es-tu bien nourri pensent
-ils à ta race, ton rang, tes
exploits savent-ils qui tu es t'aiment-ils
autrement que pour la propagande n'es-
tu que vieilles provisions dans un placard qu'on
n'a pas le courage de forcer homme des moulins
culbuté jeté à terre
et ton écuyer exporté pour un cirque
peuvent-ils poser plus de questions sentir penser
trente ans après la paix
tombée à Barcelone tu es allé
au rendez-vous de Hendaye* et tu as passé en revue
le régiment d'honneur avec le père-commandant et
ses cousins allemands y a t-il des trous dans ta
cuirasse vieux Pierre de la suie sur les murs et
une ampoule nue dans ton œil des hénissements
et encore le rêve de Guadalrama
comme un écho écho écho de ton propre
rêve de grandeur égalité honneur justice et
amour chevauche sur les terres rouges
dans le soleil au-dessus de la colline
entre les oliviers gris jadis
cette fois et maintenant où d'autres moulins
tournent, sont assaillis, jettent leurs lances
tombent, regarde un cheval noir de jais
contre le soleil gitan, il y a des amis Don
Quichotte, reviens Don Quichotte
reste à la maison Don Quichotte
regarde ta cuirasse est une maison-rêve d'acier
et Sancho Pança attend au coin de la rue dans 
un bar, Mexico oubliée, volcans oubliés
il est là avec sa cerveza
et sa tapas, il est là, il attend.
 
LE MERLE
 
​​​​​​​Voilà que des mains rouillées ouvrent
les grilles de l'hôpital le sol
​​​​​​​de ciment gris est silencieux caoutchouté
​​​​​​​les vivants se taisent encore plus
​​​​​​​et respirent par des plaies de pierre
tandis que les aiguilles en fer de l'horloge
passent par-dessus leurs joues le charbon dévale
entre les maisons il pleut en dedans
​​​​​​​une bouffée médicamenteuse montante et descendante
est prisonnière derrière la gaze dans des tubes
tu dors dans les sous-sols aveugles attends derrière
un paravent une main sur le drap
​​​​​​​les doigts envolés calme humide et gris
alors grandit dans ton cœur le miroir comme question
l'écran radar d'un souvenir d'un
autre temps alors dans l'oreille du cœur l'écho martelé
un son arqué de visions
de parfums colorés en mineur entre des nuées 
alors l'aucun-bruit se tait tu t'éveilles
et tu l'as entendu.
 
Klaus Rifbjerg, traduit par François-Noël Simoneau (Le Héros de la Manche) et Monique Christiansen, dans Anthologie de la poésie danoise contemporaine, Editions Gallimard 1970
 
* entrevue entre Franco et Hitler du 23 octobre 1940
 
Partager cet article
Repost0

Maintenant je veux blanches à nouveau

Publié le par Fred Pougeard

Maintenant je veux blanches à nouveau toutes mes lettres
inouï mon nom, ma grâce reployée : 
que je m'étende sur le cadran des jours,
reconduise la vie à minuit.
 
Et ma vallée rose d'oliviers,
et la ville enchevêtrée de mes amours,
qu'elles soient déployées comme une frêle paume,
ma paume où sont marquées toutes mes morts.
 
Ô Moyen-Orient marqué par sa voix,
je veux m'éveiller sur le chemin de Damas—
et n'avoir jamais levé les yeux vers un ciel
​​​​​​​autre que le sien, que tant de joie en croix.
 
*
 
Ora rivoglio bianche tutte le mie lettere,
inaudito il mio nome, la mia grazia richiusa ;
ch'io mi distenda sul quadrante dei giorni,
riconduca la vita a mezzanotte.
 
E la mia valle rosata dagli uliveti
e la città intricata dei miei amori
siano richiuse come breve palmo,
il mio palmo segnato da tutte le mie morti
 
O Medio Oriente disteso della sua voce,
voglio destarmi sulla via di Damasco—
né mai lo sguardo aver levato a un cielo
altro dal suo, da tanta gioia in croce.
 
Cristina Campo, Pas d'adieu dans Le Tigre absence, poèmes traduits et présentés par Monique Baccelli, Arfuyen 1996
Partager cet article
Repost0

Œil de phoque

Publié le par Fred Pougeard

Te regarde. T'attire dangereusement près.
Comme l'abîme profond.
Comme l'eau sombre.
Te cerne
et t'observe
de la frontière du silence.
Te regarde. Te bois lentement
​​​​​​​jusqu'à ce que ton œil voie
ce que tranquillement
je vois.
M'enferme autour de toi.
Te métamorphose.
Et ne te lâche plus jamais.
 
Halfdan Rasmussen, traduit par Solange Rovsing Olsen, dans Anthologie de la poésie danoise contemporaine, Editions Gallimard 1970
 
Partager cet article
Repost0

Dans l'immobilité

Publié le par Fred Pougeard

Les tombes disloquées le long des haies taillées
jetaient leurs noms français dans le silence et la
touffeur un peu salée d'un Sud aimant le soir
les mousses laissaient traîner
leurs voiles fantomatiques de veuves disparues
dentelles de la mort des pauvres de l'exil
ici avaient régné l'abandon le viol et le carnage
la fièvre avait jauni des yeux lassés d'attendre
et maintenant la douceur de province oubliée
s'emplissait à sept heures d'une folie d'oiseaux
d'un essaim d'ailes et de chants qui tournait sur la ville
​​​​​​​il fit chaud et musical in Louisiana
les aréoles noires et les chairs roses depuis longtemps avaient
                                                                                           mêlé
la fureur de leurs feux dans leurs couches confuses
et ce parfum de sueur sur la chaleur des choses
alors parmi
l'exacte vérité des secondes et des fleurs excessives
on pensait dans le ciel rouge à la vanité des combats
quels qu'ils soient tandis
que le regard des vieux noirs s'emparaient de vos yeux
​​​​​​​au fond de vos querelles dans l'immobilité.
 
Jean Pérol, Histoire contemporaine, poèmes 1977-1981 Editions Gallimard 1982
 
​​​​​​​Photo anonyme : petit cimetière rural non identifié, peut-être  dans la baie de Barataria, sud est de la Louisiane (Source : Louisiana Digital Library)
 
Partager cet article
Repost0

Dans l'herbe à l'aurore

Publié le par Fred Pougeard

 
Dans l'herbe à l'aurore un coq blanc
rougit comme la neige sur les monts inanimés.
Sur le lit blanc, je tressaille et de mes mains
inconnues, je touche mon visage.
 
Une femme chante, une voix de petite fille
suspendue dans l'azur.
 
*
 
Nell'erba dell'aurora arde un bianco
gallo come neve sui monti inanimati.
Sul bianco letto trasalgo e con le mie mani,
ignote, mi tocco il viso.
 
Una donna, con voce di bambina,
canta, sospesa nell'azzurra aria.
 
Pier Paolo Pasolini, Dal diario (1945-1947). Je suis vivant. Traduit de l'italien par Olivier Apert et Ivan Messac. Nous 2022
 
 
Partager cet article
Repost0

Péniche aux gravats

Publié le par Fred Pougeard

Heure d'eau, la péniche aux gravats
nous emporte vers le soir, nous n'avons
comme elle, pas de hâte, un Pourquoi
mort se tient à la poupe.
 
........................................
 
Allégé. Le poumon, la méduse
se gonfle en cloche, une brune
excroissance d'âme atteint
le Non respiré clair.
 
SCHUTTKAHN
 
Wasserstunde, der Schuttkahn
fährt uns zu Abend, wir haben
wie er, keine Eile, ein totes
Warum steht am Heck.
 
.......................................
 
Geleichtert. Die Lunge, die Qualle
bläht sich zur Glocke, ein brauner
Seelenfortsatz erreicht
des hellgeatmete Nein.
 
Paul Celan, Grille de parole, Sprachgitter (1959) traduit de l'allemand par Martine Broda, Christian Bourgois éditeur 1991
 
 
 
Partager cet article
Repost0

Tourbillon de mouches

Publié le par Fred Pougeard

Un cavalier va dans la plaine
La jeune fille pense à lui
Et cette flotte à Mitylène
Le fil de fer est là qui luit
 
Comme ils cueillaient la rose ardente
Leurs yeux tout à coup ont fleuri
Mais quel soleil la bouche errante
À qui la bouche avait souri
 
 
L'ADIEU DU CAVALIER
 
Ah Dieu ! que la guerre est jolie
Avec ses chants ses longs loisirs
Cette bague je l'ai polie
Le vent se mêle à vos soupirs
 
Adieu ! voici le boute-selle
Il disparut dans un tournant
Et mourut là-bas tandis qu'elle
Riait au destin surprenant
 
Guillaume Apollinaire, Caligrammes, Mercure de France 1918

 

Partager cet article
Repost0

Soudain le jour...

Publié le par Fred Pougeard

Soudain le jour arrache la torpeur du lit
Soudain tu as hâte de couper d'avec ta nuit
Soudain il t'est impossible de rester couchée
Soudain tu coupes court à toute hésitation
En apparence tout redevient net
L'appel du lointain se rappelle à ton esprit
Tu veux en finir avec ta stagnation
Soudain le désert redevient asymptote
Et c'est d'abord ici que tu agiras
Quand là-bas s'annonce la chaleur à venir.
 
Le corbeau descend en planant
Sur la terre ensoleillée.
La gelée matinale fond en spirales
Les fleurs du pommier s'épanouissent layette
Dans la fraîcheur les arbres se secouent
La lumière ravive les sommets déglacés
En attente d'attiser les tisons de l'été.
La vigne sèche voit pousser les herbes folles
Qui grappillent du terrain entre les pierres
​​​​​​​Autour du groseillier, au pied du néflier
Contre les pruniers de protection sûre
La terre couve encore son humidité
L'invisible fermente sous les sèves affleurantes.
 
Marion Lafage, Par chemins et calames, collection Poésie XXI, Jacques André Editeur 2022
 

 

Partager cet article
Repost0

C'est à un combat sans corps...

Publié le par Fred Pougeard

C'est à un combat sans corps qu'il faut te préparer, tel que tu puisses faire front en tout cas, combat abstrait qui, au contraire des autres, s'apprend par rêverie.
 
(...)
 
Quoi qu'il t'arrive, ne te laisse jamais aller —faute suprême— à te croire maître, même pas un maître à mal penser. Il te reste beaucoup à faire, énormément, presque tout. La mort cueillera un fruit encore vert.
 
(...)
 
Ce que tu as gâché, que tu as laissé se gâcher et qui te gêne et te préoccupe, ton échec est pourtant cela même, qui ne dormant pas, est énergie, énergie surtout. Qu'en fais-tu ?
 
(...)
 
Tu peux être tranquille. Il reste du limpide en toi. En une seule vie tu n'as pas pu tout souiller.
 
(...)
 
La fadeur de ton ange t'obligea à chercher un démon, qui n'est que ton satanisateur. L'as-tu bien choisi ? Luciférien comme il se doit de l'être (c'est son signe), mais pas non plus absolument disproportionné à ta mince vigueur. Veilles-y. Ils s'accrochent, tu sais ?
 
(...)
 
Le continent de l'insatiable, tu y es. De cela au moins on ne te privera pas, même indigent.
 
(...)
 
Les arbres frissonnent plus finement, plus amplement, plus souplement, plus gracieusement, plus infiniment qu'homme ou femme sur cette terre et soulagent davantage.
Les peurs, les appréhensions, les soucis, la mélancolie, les tendresses, les émotions inexprimables, les arbres, pourvu qu'il y ait un souffle de vent, savent les accompagner.
Le précieux, le véritablement précieux est distribué sans le savoir et reçu sans contrepartie.
 
 
Henri Michaux, Poteaux d'angle. Editions Gallimard 1981
 
Image : Henri Michaux, Aquarelle sur papier 1981
 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>