Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et je chante le Sutra Diamant...

Publié le par Fred Pougeard

(...) Ils restèrent trois jours à Kanzhu. Xingte en profita pour grimper sur le rempart, à l'angle sud-ouest de la forteresse. Du sommet, il pouvait voir un coin de la place du marché, devant la porte sud. Au-delà, l'immense étendue de la plaine herbeuse. Il regarda l'espace dégagé au pied des remparts. Les gens n'étaient pas plus gros que des pois. Puis il se dirigea vers la partie ouest de la muraille, d'où la princesse ouighoure s'était suicidée.
     Xingte repensa à son impuissance devant elle et la brièveté de leur rencontre. La douleur l'envahit. Il continua à marcher au sommet du rempart pendant une demi-heure, et c'est là qu'il décida qu'il lui dédierait toute son œuvre à venir quand il serait rentré à Kuazhu. Il traduirait les sutras chinois en xixia pour Yanhui, mais ce serait une offrande pour le repos de l'âme de la jeune fille. 
      Et cette pensée le rendit heureux. Traduire des sutras en xixia l'avait toujours intéressé, mais avec cette nouvelle motivation le travail prenait une toute autre signification.
     Xingte continua sa promenade sous le soleil brûlant. Il avait les bras, les jambes, le cou, le corps entier couverts de sueur.
 
Je révère humblement les Bouddhas des trois Royaumes,
Et je me convertis aux enseignements des Bouddhas des Dix Directions
Je fais les Vœux universels
Et je chante le Sutra Diamant
En remerciement des grandes faveurs reçues
Du Ciel et de la Terre par mes parents et mes compatriotes
Et pour épargner aux morts les souffrances des Trois Enfers.
Et quand les hommes entendront ou verront la vérité
Ils suivront tous les pas du Bouddha
Et consacreront alors le reste de leur vie...
 
Le texte du Sutra Diamant lui sortait des lèvres. Et tandis qu'il chantait ces vers, sans qu'il s'y attende, ses yeux s'emplirent de larmes Et les larmes se mêlèrent à la sueur, roulèrent sur ses joues et tombèrent sur la terre rouge des murs de la ville.
 
Yasushi Inoué, Les chemins du désert (1959), fin du chapitre 5. Traduit de... l'anglais par Jean Guiloineau. Editions Stock 1982.
 
Image :  En haut, Peinture murale de la grotte de Dun Huang, La montagne aux cinq pics en terrasse et ses temples et monastères bouddhiques, dixième siècle.
 
Ci-dessous : Le Suvarnaprahasa Sutra, ou Sutra de la lumière dorée, écrit en tangoute.
 
(Dans les grottes de Dun Huang, à l'ouest de la Chine, découvertes au début XXe siècle, plus de vingt-mille documents bouddhistes d'avant le XIe furent trouvés sans que personne puisse l'expliquer. Inoué raconte cette histoire inconnue dans Les Chemins du désert.)

 

 
 
 
Partager cet article
Repost0

Déficeler la réalité toujours comme une botte de paille

Publié le par Fred Pougeard

Ton écriture en fibrilles, élans de la main et
du vent dans les lettres.
Tu existes. Tu ne fais pas semblant.
Tes lettres d'amoureux datent de 1957.
Des promesses de papier volent de Brussel à Oderzo,
un champ de mots que rien n'assèche.
Tu n'as écrit dans ta vie que ces lettres
et signé des chèques,
nos carnets de notes.
La calligraphie n'est pas sage,
une fusion qui dépasse les lignes.
Sans doute  mauvais élève
dans cette école de Mussolini.
La nostalgie des "tous pareils dans nos tabliers gris",
enfants de pauvres, enfants de riches,
dans le même plomb.
Rien qui dépasse sauf dans le vent,
les commencements de voyages.
Sur un quai de gare.
 
*
 
La vieille deux-chevaux roule au pas.
La route n'existe plus entre les arbres.
la forêt, le moteur secouent les enfants,
les arbres et les oiseaux qu'on ne nomme pas.
On va au bois comme on va aux cailloux, à la rivière,
d'un trait d'évidence sans lenteur.
Nos épaules se collent aux portières où passent les odeurs
d'essence, de limaces, de terre gorgée d'eau.
 
*
 
L'andaineuse, la lieuse, la botteleuse,
la moissonneuse, le rotovator.
Chaque machine se croit chez elle.
Elles ne sont pas toutes à toi.
On se donne la main entre nous.
Paysans travailleurs.
Ceux qui n'ont besoin de personne, tu les méprises.
​​​​​​​Ceux qui ne prennent pas le temps de donner la main,
de rire, de parler, de lever un verre dans la coulée
du soir.
 
*
 
Parfois une bâche d'ensilage fait un bout de ciel noir
sur un arbre.
De ta fourche tu l'attrapes
​​​​​​​pour délivrer les nuages.
 
*
 
"Je suis le grand Lino, Linoleum le roi du balatum"
Tu fais un pas de danse, une mimique d'acteur.
L'aventure c'est l'aventure.
La même histoire répétée en costume, en savates.
Déficeler la réalité toujours comme une botte de paille,
éparpiller le dérisoire, la bêtise, l'ombre des jours.
Paysan-ferrailleur-rieur,
tu as toujours à faire ailleurs
dans la clairière des fatigues.
un rire qui souffle les pans de peine,
les murs des granges,
le froid des prés le matin.
 
Paola Pigani, La chaise de Van Gogh. Editions La boucherie littéraire 2021
 
 
 

 

Partager cet article
Repost0

En route

Publié le par Fred Pougeard

Au bruit des roues tu peux entendre
comme le temps se laisse facilement meuler.
Dans un train par exemple qui t'emmène
de maintenant vers quelque part
en toi-même.
 
Là sur l'acier de la structure,
en dehors du wagon rouge qui nous porte,
gît encore éventé dans ses plumes sanglantes
 
un petit épervier, vestige des
derniers instants de la nuit,
 
les ailes presque détachées
par le vent, léger inventeur
du mouvement, rouge au poitrail,
bleu le bec incurvé, un peu
 
de terre collant encore à une serre—
d'où venu, et au nom de qui ?—
As-tu jamais vu ton défunt moi
si noblement trépasser
dans la fuite d'une vie ?
 
Stefan Hertmans, Le paradoxe de Francesco (1995) dans Sous un ciel d'airain, poèmes 1975-2018, traduit du néerlandais (Belgique) par Philippe Noble. Editions Gallimard 2022. 
 
 
 
Partager cet article
Repost0

Une route en lacets

Publié le par Fred Pougeard

Que peut-on connaître du monde ? De notre naissance à notre mort, quelle quantité d’espace notre regard peut-il espérer balayer ? Combien de centimètres carrés de ma planète Terre nos semelles auront-elles touchés ?

Parcourir le monde, le sillonner en tous sens, ce ne sera jamais que connaître quelques ares, quelques arpents : minuscules incursions dans des vestiges désincarnés, frissons d’aventure, quêtes improbables figées dans un brouillard doucereux dont quelques détails nous resteront en mémoire : au-delà de ces gares et de ces routes, et des pistes scintillantes des aéroports, et de ces bandes étroites de  terrain qu’un train de nuit lancé à grande vitesse illumine un court instant, au-delà des panoramas trop longtemps attendus et trop tard découverts, et des entassements de  pierres et des entassements d’œuvres d’art, ce seront peut-être trois enfants courant sur une route toute blanche, ou bien un petite maison à la sortie d’Avignon, avec une porte de bois à claire-voie jadis peinte en vert, la découpe en silhouette des arbres  au sommet d’une colline des environs de Sarrebruck, quatre obèses hilares à la terrasse d’un café dans les environs de Naples, la grand-rue de Brionne, dans l’Eure, deux jours avant Noël, vers six heures du soir,, la fraîcheur d’une galerie couverte dans le souk de Sfax, un minuscule barrage en travers d’un loch écossais, une route en lacets près de Corvol l’Orgueilleux...

Georges Perec, Espèces d'espaces Editions Galilée 1974

 

Partager cet article
Repost0

Epitaphe

Publié le par Fred Pougeard

La pierre que je suis est une image
 
Seïkilos m'a placée ici
 
Signe éternel d'un souvenir immortel
 
Tant que tu vis, brille !
 
Ne t'afflige d'absolument rien
 
La vie dure si peu
 
C'est le temps qui décide de la fin
 
Seïkilos (1er siècle avant JC) Epitaphe. Stèle découverte à Tralles, Asie mineure, avec composition instrumentale et vocale. Musée National de Copenhague. 
 
Partager cet article
Repost0

Assez pour faire un feu

Publié le par Fred Pougeard

Temple de montagne
Résonne au fond de la neige
le son d'une cloche
 
Yamadera Ya
yuki no soko naru
kane no koe
(1790)
 
Mes amis sous les fleurs
jusqu'à ce que je les revoie
combien de printemps
 
Hana no tomo ni
mata au made wa
ikuharu ya
(1791)
 
Alors qu'au hasard
portais mes pas une flaque
fut mon chemin d'errance
 
Oboro oboro
fumera mizu nari
mayoimichi
(1797)
 
Au bruit du tonnerre
a répondu de son cri
un faisan des champs
 
Kamirani ni
nakiawasetaru
​​​​​​​kiwikana
(1804)
 
Cailles margottez donc
de ma hutte si je vous gêne
je plierai bagage
 
Nake uzura
jama nara io mo
tatamubeki
(1804)
 
En soleil couchant
aux yeux d'une grenouille aussi
un voile de larmes
 
Iriai wa
kawazu no me ni mo
numida kana
(1805)
 
Froidure du matin
le crapaud lui-même en fait
gros yeux comme les plats
 
Asa samu ya
hiki no mawako wo
sara ni shite
(1805)
 
Aux monts de l'automne
pour se dire encore en vie
frappe-t-on la cloche ?
 
Aki no yama
​​​​​​​ikite iru tote
utsu kane ka
(1805)
 
En pauvre demeure
pour la nuit sont fraîches aussi
lanternes de pierre
 
Abaraya mo
yoru wa suzushiki
toro kana
(1805)
 
Petites châtaignes
parmi quelles pisse un cheval
en toute beauté
 
Shibaguri ya
uma no bari shite
utsukushiki
(1806)
 
Cloche au son de glace
sur la colline dans mon dos
quand me suis couché
 
Kane koru
yama wo ushiro ni
netarikeri
(1806)
 
Monde de rosée
ni plus ni moins que rosée
toutes ces disputes
 
Tsuyu no yo
tsuyu nu naka nite
kenka kana
(1810)
 
Sous pluie de printemps
passe avec un gros bâillement
​​​​​​​une jolie femme
 
Harusame ni
oakubi suru
bikini kana
(1811)
 
Las, tant suis vieilli
que d'une calebasse et de moi
l'ombre ne diffère
 
Oitari na
fukube to ware ga
kageboshi
(1812)
 
Tant me suis langui
de ces cerisiers en fleurs
et m'y retrouve seul
 
Machimachishi
sakura to naredo
​​​​​​​histori kana
(1813)
 
Je n'ai rien à moi
mais quelle quiétude dans le cœur
mais quelle fraîcheur
 
Nani mo nai ga
kokoroyasusa yo
suzushisa yo
(1813)
 
Rosée se dissipe
comme si de ce monde sordide
n'avait rien à faire
 
​​​​​​​Tsuyu chiru ya
​​​​​​​musai kono yo ni
yo nashi to
(1813)
 
Tant suis triste et seul
par-dessous les feuilles mortes
demeurent mes ancêtres
 
Sabishisa ya
ochiba ga shita no
senzotachi
(1813)
 
Du babil des hommes
semblent enfin soulagés
cerisiers au soir
 
Hitogoe ni
​​​​​​​hotto shita yara
yuzakura
(1814)
 
Assez pour faire un feu
au vent me sont apportées
quelques feuilles mortes
 
​​​​​​​Taku hodo wa
kaze ga kuretaru
ochiba kana
(1815)
 
Ma pauvre cabane
où prend une peine inutile
la rosée qui tombe
 
Abaraya ya
mudabone orite
tsuyu no oku
(1816)
 
Longues pluies d'été
un bâton d'encens dressé
ma boîte à tabac
 
Samidare ya
senko tateshi
tabakobon
(1818) 
 
Au crépuscule tombé
un épouvantail et moi
seuls l'un avec l'autre
 
Yugureshi ya
kagashi to ware to
tada futari
(1818)
 
Des nuits qui sont courtes
à l'âge de me réjouir
en suis arrivé
 
Mijikayo wo
​​​​​​​yorokobu rossi no
narinikeri
(1819)
 
Le seigneur Bouddha
dessus le bout de son nez
bombardier péteur
 
Mihotoke no
hana no saki nite
hehirimushi
(1820)
 
Ondes de chaleur
et toujours hante mon regard
un visage souriant
 
Kagero ya
me ni tsukimatou
waraigao
(1821)
 
Dedans les latrines
s'évanouit sur la lampe à huile
une poudre de neige
 
Setchin to
senakaawase ya
fuyugomori
(1821)
 
Calme et immobile
Laisse un cheval la humer
une grenouille
 
Jitto shite
uma ni kagaruru
kawazu kana
(1825)
 
Kobayashi Issa, En village de miséreux, choix de poèmes, traduit du japonais par Jean Cholley, Editions Gallimard, Connaissance de l'Orient 1996
 
Image : Rouleau calligraphié de l'auteur
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Partager cet article
Repost0

Le grand ciel que je voyais

Publié le par Fred Pougeard

Le grand ciel que je voyais en éventail gris de Goya s'éployer hier au soir au-dessus de la plaine du Poitou, il est fait aujourd'hui de festons et de bourrelets. Deux hommes armés de fusil écoutent leurs chiens de chasse brailler loin et par intermittence dans l'épais des bois. Comme je prends par le travers, le lièvre qu'ils poursuivent coupe le layon, et dans le houx j'aperçois le retroussis blanc de sa queue alors que les roitelets tout autour égrènent de frêles épis dans l'ultime clarté.

Des fenêtres trouent l'ouest.

Mer et forêt se mélangent.

Des arpents de nuit

S'affaissent sur nous.

 

Forêt de Chizé, mercredi 28 octobre 1981

 

Robert Marteau, Forestières, Editions Métailié 1990

 

 

Partager cet article
Repost0

C'est ça l'amour

Publié le par Fred Pougeard

ordinaire au possible
on s'échine
perclus de soucis
on rit de ce qu'on peut
on pleure de ce qu'on doit
on se plaît
on se déteste sans trop savoir pourquoi
c'est ça l'amour
 
gamin on est frappé par son père et une fois marié on 
frappe sa femme
on fait croire qu'on est heureux dans la maison du 
malheur
et finalement on préfère rester seul dans son coin
on ne comprend pas tout et de loin
et l'on se suicide par ennui
c'est ça l'amour
 
on a des amis qui ne nous aiment pas
on prend des cours de télépilotage
on se fabrique une arme de rue avec du papier journal
et on aimerait être emporté par les oiseaux oh que oui
​​​​​​​on aimerait tant être emporté par les oiseaux
c'est ça l'amour
 
et les saisons se succèdent
et les générations se succèdent
et les obsessions se dissolvent
et les souvenirs se dissolvent
et certains animaux poussent des cris de bébé
tandis que certains fantômes font les soldes
​​​​​​​et les vieilles cicatrices expliquent ce que nous sommes
et de vieux politiciens le clament haut et fort
​​​​​​​qu'il n'y qu'un seul camp
le leur
c'est ça l'amour
 
le soleil visiblement nous en veut à mort et l'océan que
nous contemplons est un mausolée où flottent mille 
milliards de possibilités
et déjà la nuit arrive qui ne rafraîchit rien et déjà la nuit
arrive
d'une manière ou d'une autre il faut que tout cela se
finisse
c'est ça l'amour
 
 
ROSELIERES
 
Tous autant qu'ils sont
les animaux de l'étang sont des vœux exaucés et bam
il n'y a plus d'orgueil
il n'y a plus de drame
il n'y a plus de cris muets à lancer face au néant invincible
ni de lettres d'amour avec laquelle déclencher un départ
de feu
 
​​​​​​​le long des roselières et anciens marais salants la
lumière orange me remplit d'un langage secret
jamais souffle n'a été aussi paisiblement coupé tandis
que paisiblement tu t'assois sur mon visage
 
Heptanes Fraxion, Ni chagrin d'amour ni combat de reptiles, éditions Aux Cailloux des Chemins 2022
Partager cet article
Repost0

Le Héros de la Manche

Publié le par Fred Pougeard

Frappe à la cuirasse de Don Quichotte
et demande : Es-tu encore là-dedans, mon vieux
est-ce qu'ils gardent la porte fermée la visière
baissée es-tu bien nourri pensent
-ils à ta race, ton rang, tes
exploits savent-ils qui tu es t'aiment-ils
autrement que pour la propagande n'es-
tu que vieilles provisions dans un placard qu'on
n'a pas le courage de forcer homme des moulins
culbuté jeté à terre
et ton écuyer exporté pour un cirque
peuvent-ils poser plus de questions sentir penser
trente ans après la paix
tombée à Barcelone tu es allé
au rendez-vous de Hendaye* et tu as passé en revue
le régiment d'honneur avec le père-commandant et
ses cousins allemands y a t-il des trous dans ta
cuirasse vieux Pierre de la suie sur les murs et
une ampoule nue dans ton œil des hénissements
et encore le rêve de Guadalrama
comme un écho écho écho de ton propre
rêve de grandeur égalité honneur justice et
amour chevauche sur les terres rouges
dans le soleil au-dessus de la colline
entre les oliviers gris jadis
cette fois et maintenant où d'autres moulins
tournent, sont assaillis, jettent leurs lances
tombent, regarde un cheval noir de jais
contre le soleil gitan, il y a des amis Don
Quichotte, reviens Don Quichotte
reste à la maison Don Quichotte
regarde ta cuirasse est une maison-rêve d'acier
et Sancho Pança attend au coin de la rue dans 
un bar, Mexico oubliée, volcans oubliés
il est là avec sa cerveza
et sa tapas, il est là, il attend.
 
LE MERLE
 
​​​​​​​Voilà que des mains rouillées ouvrent
les grilles de l'hôpital le sol
​​​​​​​de ciment gris est silencieux caoutchouté
​​​​​​​les vivants se taisent encore plus
​​​​​​​et respirent par des plaies de pierre
tandis que les aiguilles en fer de l'horloge
passent par-dessus leurs joues le charbon dévale
entre les maisons il pleut en dedans
​​​​​​​une bouffée médicamenteuse montante et descendante
est prisonnière derrière la gaze dans des tubes
tu dors dans les sous-sols aveugles attends derrière
un paravent une main sur le drap
​​​​​​​les doigts envolés calme humide et gris
alors grandit dans ton cœur le miroir comme question
l'écran radar d'un souvenir d'un
autre temps alors dans l'oreille du cœur l'écho martelé
un son arqué de visions
de parfums colorés en mineur entre des nuées 
alors l'aucun-bruit se tait tu t'éveilles
et tu l'as entendu.
 
Klaus Rifbjerg, traduit par François-Noël Simoneau (Le Héros de la Manche) et Monique Christiansen, dans Anthologie de la poésie danoise contemporaine, Editions Gallimard 1970
 
* entrevue entre Franco et Hitler du 23 octobre 1940
 
Partager cet article
Repost0

Maintenant je veux blanches à nouveau

Publié le par Fred Pougeard

Maintenant je veux blanches à nouveau toutes mes lettres
inouï mon nom, ma grâce reployée : 
que je m'étende sur le cadran des jours,
reconduise la vie à minuit.
 
Et ma vallée rose d'oliviers,
et la ville enchevêtrée de mes amours,
qu'elles soient déployées comme une frêle paume,
ma paume où sont marquées toutes mes morts.
 
Ô Moyen-Orient marqué par sa voix,
je veux m'éveiller sur le chemin de Damas—
et n'avoir jamais levé les yeux vers un ciel
​​​​​​​autre que le sien, que tant de joie en croix.
 
*
 
Ora rivoglio bianche tutte le mie lettere,
inaudito il mio nome, la mia grazia richiusa ;
ch'io mi distenda sul quadrante dei giorni,
riconduca la vita a mezzanotte.
 
E la mia valle rosata dagli uliveti
e la città intricata dei miei amori
siano richiuse come breve palmo,
il mio palmo segnato da tutte le mie morti
 
O Medio Oriente disteso della sua voce,
voglio destarmi sulla via di Damasco—
né mai lo sguardo aver levato a un cielo
altro dal suo, da tanta gioia in croce.
 
Cristina Campo, Pas d'adieu dans Le Tigre absence, poèmes traduits et présentés par Monique Baccelli, Arfuyen 1996
Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>